AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Sam 3 Jan - 20:28

’Cause is you’


   
Je fais un tour par la grange avant de pénétrer dans la ferme m’ébrouant tel un labrador complétement transie de froid, je trépigne alors tentant de me réchauffer tout en m’approchant de la cheminée ; mon souffle est encore visible quelle idée aussi d’être dehors à deux heures du matin en plein hiver ! J’ai eu un appel d’urgence madame Beckett m’avait prévenu au niveau des horaires plus que changeants et ma disponibilité qui devait être grande pour ne pas dire entière, en une semaine ce n’est pas la première fois que je rentre à cette heure. Ôtant mon manteau et mon écharpe je me prépare une tasse de thé songeuse dans la cuisine la maison étant des plus silencieuse ; toujours aussi songeuse par rapport à ce que je prépare pour demain ; une surprise pour Pacey mais l’appréciera-t-il ? Certes notre mariage est blanc mais depuis trois mois j’ai l’impression qu’on ressemble plus à une union qui dure depuis quinze-ans et qui n’a plus de geste l’un vers l’autre, lui qui avait commencé à s’ouvrir j’ai l’impression qu’il a refermé la porte à double tours mais de quel droit pourrais-je me plaindre, il m’a fait un très beau cadeau. Celui d’avoir une nouvelle vie et de sauver Ruby alors pourquoi ai-je ce goût amer concernant notre relation n’était-ce pas le deal de base ?! Pauvre sotte que je suis !
Je passe donc par la salle de bain prenant soin de plier mes affaires après mettre changer, je me regarde, dans la glace en soupirant attachant mes cheveux, si Hazel n’était pas là j’aurais sans doute était sur le canapé mais là, si jamais elle me voyait tout cela serait assez dur à justifier, vu notre première soirée ensemble je m’attendais à une ambiance moins lourde, tant de distance de silence par pudeur ou pas peur je n’en sais rien , je sais seulement que j’en souffre chaque moments d’avantage. Mais à choisir entre ma vie passée et celle qui dure depuis trois mois, je n’ai pas de regrets c’est bien évidement je ne pensais pas m’attacher tout simplement en dix-ans mon cœur n’a su battre pour personne ; et c’est un amour à sens unique je le sais pauvre de moi mon aînée m’avait prévenue l’amour existe seulement dans les livres quand ça commence par « il était une fois ».
Pensant que tout  le monde dort je fais mon possible marchant pieds nus pour rejoindre la chambre sans un bruit, telle une souris essayant de vider mon esprit pour avoir une chance même infime de trouver le sommeil. Ouvrant la porte en douceur j’entre silencieuse mais il me faut quelques secondes pour réaliser que mon mari ne dort pas loin de là, je fais tout pour que la surprise et le choc ne soit voit pas sur mon visage en un regard, mais c’est des plus difficiles vu ce qu’il fait !
Evidement ce n’est pas l’acte en soit qui me choc, sans que je m’en rende compte aucun mot semble vouloir sortir de ma bouche, mais de l’eau salée coulent vite sur mes joues alors que je reste muette. C’est là qu’il me remarque , je ne sais pas si ses yeux croisent les miens je suis totalement ailleurs , les pieds encrés dans le sol, comme –ci je venais de prendre un coup violent . Finalement mon cerveau semble bien vouloir se reconnecter à mes mouvements quand je vois qu’il bouge, rapidement donc je le rejoins de son côté du lit , depuis qu’Hazel a bien voulu nous céder le sien à deux places. Cela a sans doute joué sur l’éloignement je n’ai plus de raison disons officielle pour me coller contre lui, et je doute qu’il en ait envie de toute façon , convaincue que je ne suis pas là femme de ses pensées, pour avoir celle-ci en photographie .
Remarquant qu’il veut récupérer ses affaires qui se trouvent au sol, je les prends avant de les lancer un peu plus loin dans la pièce qu’il ne cherche pas à fuir malgré le côté gênant de la situation, comme il semble tout de même chercher un moyen de changer de pièce et que je ne vais pas le poursuivre, alors qu’il n’a qu’une tee-shirt sur lui, je finis donc à califourchon sur lui plantant mes yeux dans les siens, les miens étant encore larmoyant …
« Parles moi… Soufflais-je c’est tout ce que je parviens à articuler  , j’ai besoin qu’il me parle enfin qu’il me dise ce qui ne va pas où cela va finir par me ronger complétement !Même si je dois souffrir autant que ça soit maintenant la phase de la cicatrisation arrivera bien un jour… Tous mes espoirs sont déjà en cendres ça ne peut pas être pire que cela croyait moi. J’espère qu’il voit à mon expression que c’est des plus important pour moi .    
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Dim 4 Jan - 15:41


 

 
L’hiver avait recouvert la ville de sa poudreuse blanche. Les nuits étaient longues et les journées fort courtes. Il faisait froid. Très froid. Malgré ses trois mois de mariage, Pacey se sentait horriblement seul. En même temps, il l’avait bien voulu. Son union avec Saphir n’était que pour donner à sa femme le droit d’être libre. D’être séparée à jamais de son passé. Loin de ses terres et origines, le fils Garfield trouvait la rousse extrêmement courageuse. Elle avait trouvé la force de s’enfuir d’un monde qui n’était point fait pour elle. Elle avait subi multiples petits boulots pour s’en sortir. Dont le plus vieux métier du monde. C’est vrai qu’il faut avoir une force de moral face à toutes épreuves pour vendre son corps et obtenir ainsi quelques malheureux dollars. Le fermier n’osait pas poser trop de questions à son épouse vis-à-vis de ce passé qu’elle souhaitait sans aucun doute effacer de sa mémoire. Mais de nombreuses interrogations demeuraient en suspens dans la tête du vieux garçon. Avec combien d’hommes elle a déjà eu des rapports ? Le faisait-elle toujours avec un seul mec à la fois ? Avait-elle une clientèle régulière ? Ses positions préférées…
Avant de connaître Saphir, Pacey était fier de sa virginité. Il n’en avait pas honte. Il n’avait strictement rien à prouver à personne. Et les bobards qu’on racontait sur lui, même si cela lui faisait mal, il évitait de le montrer publiquement. Lui qui était connu pour n’avoir jamais touché une femme, on l’avait accusé de tripoter ses moutons et Katherine alors qu’elle était encore mineure. Oui il a été amoureux d’elle durant des années. Mais jamais il n’a posé un petit doigt là où il ne fallait pas. Il ne se le serait jamais permis. Aujourd’hui il n’avait plus de nouvelles de Kitty. Elle lui manquait oui. Ils étaient proches. Mais ce qu’il éprouvait pour elle était de la simple amitié maintenant. Depuis trois mois, le cœur du jeune homme avait appris à battre pour une autre femme. Celle pour qui aujourd’hui il avait honte d’être complètement inexpérimenté. Il avait bien trop peu confiance en lui pour s’imaginer satisfaire sa femme sous la couette. Pourtant il la désirait comme jamais. Mais face au passé de la rouquine, il n’arrivait pas à se sentir prêt pour être à la hauteur de ses espérances.
La chambre paraissait immense et glaciale lorsque Saphir s’absentait pour son nouveau travail. Désespérément amoureux d’elle, Pacey prit un tee shirt de son épouse dans le panier à linge sale. Le tissu portait encore l’odeur de sa belle. Retournant penaud dans leur lit conjugal, le vieux garçon s’allongea sur le côté comme s’il pouvait faire face à la rouquine qui dormait. Fermant les yeux, il respirait à plein poumon l’habit féminin. Songeant à ce que pourrait être leur union si ses sentiments pouvaient un jour être réciproques. Ca faisait un peu plus de trois mois que le fermier ne s’était pas caressé sous la ceinture. Se rappelant le soir de leur nuit de noces, la nuisette sexy que Saphir portait lui donnait encore des frissons. Son bas de pyjama commençait à le gêner. Frustré que la belle ne veuille pas de lui, le fils Garfield attendait d’être seul pour se soulager un peu. Il ôta le bas, le posant à terre au pied du lit. Il respira encore le parfum de son épouse en tenant l’habit d’une main collé contre son nez. Son autre main descendait là où il n’osait plus aller depuis qu’il partageait son lit avec elle. Même s’il était dur entre les jambes, il se sentit des plus misérables. Il rêvait que ce soit son épouse qui s’occupe de son anatomie. Les larmes coulant le long de ses joues, il se rendit compte à ce moment-là que Saphir était revenue et qu’elle l’avait surpris. « Euh… Je… Je suis désolé ! » Il sécha rapidement ses gouttes salées et voulut se rhabiller mais la rouquine l’en empêcha. Comme réflexe, il cacha le haut de Saphir sur son intimité, sous la couette. «  Il y a longtemps que t’es… » Saphir se mit sur lui à califourchon. Ce qui n’arrangea guère les ardents du jeune homme qui était sur le point d’exploser. «  … Rentrée ? » Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Les yeux humides, il n’avait pas d’autre choix que de croiser le regard de sa femme. Elle était triste elle aussi et il ne comprenait pas pourquoi. C’était lui qui venait de se ridiculiser tout seul. Et à croire que son corps avait décidé de le punir, comme la rouquine était installée, elle ne pouvait que sentir les effets qu’elle lui prodiguait. Elle lui demanda des explications. Il était pris au piège. Ses joues s’empourprant davantage, il baissa les yeux. Il ne pouvait pas s’humilier plus qu’il venait de le faire. Il prit une grande inspiration et avoua ce qu’il ressentait pour elle. «  Ca fait trois mois que nous sommes mariés. Je t’avais dit le premier soir que je commençais à avoir des sentiments pour toi. Je t’ai cru quand tu m’avais répondu que c’était pareil pour toi. Mais bon de toute évidence je m’étais trompé. J’ai été trop stupide de croire qu’une femme aussi merveilleuse que toi puisse tomber amoureuse d’un gars comme moi. » Ses larmes coulaient à nouveau. Au moins le fait de se déclarer en sachant qu’il n’y aura pas de suite entre eux l’avait un peu refroidi. « Je t’aime Saphir. » Il essuyait en vain ses maudits pleurs. «  Mais ne t’inquiète pas, je… Je ne veux pas t’embêter avec ça… Je… Ca me passera peut être… Un jour… Je ne veux pas de ta pitié, j’ai l’habitude tu sais. » Pensant qu’elle allait mal à le comprendre, il se reprit comme un enfant prit en faute. «  Oh mais je ne parle de… De ce que tu as vu ! Je… Euh… C’est la première fois qu’on est marié que je… » Il était entrain de s’embrouiller tout seul. Alors il préféra changer de conversation. «  Dis-moi, tu… Tu aimes les pokémons ? » Il se décida enfin à la regarder dans les yeux.
 

code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Dim 4 Jan - 18:06

’Cause is you’


   
Le froid s’abattant sur la ville depuis plusieurs semaines, semble plus chaleureux que la température qui règne à la ferme entre Pacey et moi. Pourtant rien ne semblait prédire cela , j’étais sûre que tout ce qu’on c’était dit le soir de la nuit de noce nous avait rapproché , je me suis livrée comme jamais, alors pourquoi ai-je l’impression au bout de trois mois de moins le connaître que ce fameux soir. Le pire c’est que ce mariage étant faux je ne peux parler de ma souffrance à personne, bien évidement je pourrais me réfugier dans l’alcool comme ces soirs où pour échapper au côté glauque de la situation je prenais un verre pour pouvoir faire l’amour avec un client si on peut appeler ça comme ça.  Un coït sans passion sans émotions, à peine un frisson de désir … Le rêve absolu ! Moi qui m’étais jurée de m’offrir à mon mari, tradition dans laquelle j’ai été élevée, je dois dire que je n’ai jamais eu honte de ma façon de survivre, depuis que je connais Pacey. Lui qui tient tellement à la pureté voilà pourquoi je pense ne pas être une femme assez bien pour lui, un homme pareil doux intelligent travailleur , moi qui me suis donnée pour ne pas crever de faim ! Oui j’ai honte depuis que je l’ai rencontré je ne sais pas si cette sensation partira un jour…  Cette sensation d’avoir quelque chose sur moi de façon indélébile et lui sait comment je gagnais ma vie. Les autres ce n’est pas pareil ils ne savaient pas et voilà que la seule personne dont je rêverais qu’elle ne sache rien, sait tout de ce passé affreux, parfois je n’ose le regarder dans les yeux, surtout quand mon cœur s’emballe en sa présence.  A chaque fois que je me mets à rêver de ce que pourrait-être véritablement notre union le visage de Kitty apparaît, comme –si je recevais un coup de poignard en plein cœur . Le pire c’est que je l’apprécie on a même travaillait ensemble à la confiserie de son père, certes aujourd’hui elle n’est plus à Buffalo mais qui me dit qu’elle n’est pas encore dans le cœur de mon mari, comme cette photographie dans le tiroir de sa table de nuit …
C’est donc le cœur lourd comme chaque soir depuis ces trois mois, rapidement mon cœur s’est mis à battre pour lui, bien que n’ayant jamais connu cette sensation , j’ai su que je l’aimais il y a plusieurs semaines, depuis chaque nuit est un supplice ! Je voudrais tellement me blottir contre lui, comme cette toute première nuit d’Octobre, me sentir en sécurité dans ses bras … Au lieu de cela je suis recroquevillée à la limite de tomber, alors que j’ai plus de place que cette nuit –là ne pouvant m’empêcher que lorsque je suis dans ses bras et que le désir s’éveille en lui il ne pense qu’à elle.
Lorsque je suis prête à me coucher je surprends mon mari, les couvertures ne dissimulent en rien ce qu’il pourrait faire à cet instant, je crois que c’est le seuil maximum que je peux supporter au bout de trois mois de souffrance silencieuse. Je vois qu’il n’a qu’une envie fuir, vu la situation sans réfléchir j’éloigne donc ses vêtements, et pour éviter toute fuite en avant je me place sur lui pour qu’il m’écoute, il faut qu’il sache ce que je ressens. J’avais prévu de lui parler demain lors de ma surprise pour nos trois mois de mariage, mais là le vase déborde mes prunelles remplies de larmes se plantent alors dans les siennes. C’est à ce moment que je devrais parler tout lui dire lui ouvrir mon cœur, tout en précisant que je l’aimerais en silence mais au moins ressentir un petit soulagement en me disant qu’au moins il sait, enlever cette pierre sur mon cœur , mais aucun son n’arrive à franchir mes lèvres à cet instant, mon cœur étant à deux doigts d’exploser dans ma poitrine. Ne pouvant en plus que sentir le fait qu’il pense encore à elle ce qui explique son désir plus que présent, mon cœur fini de se briser en mille morceaux je ne sais pas ce qui m’empêche de courir à la salle de bain pour pleurer toutes les larmes de mon corps, à cet instant je me sens pitoyable et les larmes ruissellent malgré moi sur mes joues, quand soudain il parvient à me parler lorsque d’une voix presque suppliante je lui demande de me parler pour faire cesser cette torture !
Quand mon cerveau parvint à faire taire ma peine et se décide enfin à décrypter les mots qu’il m’adresse, je semble pouvoir affirmer que mon cœur manque un battement. D’un geste tendre j’essuie ses larmes avec ma main en silence ayant un sourire sur les lèvres sans vraiment le vouloir, chaque coins de ma bouche montent vers le haut tout le simplement . Je l’écoute attentivement n’arrivant pas à faire cesser ses pleurs, je suis obligée de le laisser finir avant de pouvoir répondre, je parviens tout de même à le comprendre entre les soubresauts des sanglots , cela devient de plus en plus difficile de minute en minute, sachant maintenant que c’est moi qu’il désir, l’envie vient à mon tour prendre le contrôle de mon corps et il m’est compliqué de la dissimuler jusqu’à ce qu’il parle de Pokémon qu’est-ce que ses figurines pour enfant dont je connais rien viennent faire ici … j’arque un sourcil ne comprenant pas … De peur qu’il se répande sur le sujet je décide de le faire taire d’un baiser, mes larmes ayant fini de couler.
Je l’embrasse donc sans la timidité de notre nuit de noce bien au contraire, c’est un baisser avec plus de passion, plus de pulsions aussi rapidement ma langue tente de faire céder la barrière de ses lèvres pour danser avec la sienne dans un rythme endiabler… mon cœur n’est alors pas le seule à s’emballer il faut que je me force à me détacher de lui, les joues rosies par le manque d’oxygène avant de parvenir à répondre, tout en le regardant dans les yeux.
« Pacey Jamie Garfield  je me fous éperdument des pokémons à cet instant …. Je n’ai jamais été aussi sincère que cette nuit- là, mais les nuits passant, je n’ai pu m’empêcher de penser que le désir que tu ressentais ne mettait pas destinée … »
Nul besoin de préciser que je parle de Katherine je suis sûre qu’il l’a bien compris , basculant légèrement pour être sur le flanc droit tout en le regardant je poursuis alors .
« C’est ce que je voulais te dire, que je t’aimes ! Mais que j’accepte de t’aimer en silence en espérant qu’un jour par miracle tu ressentes la même chose… Et là-dedans il n’y aucune pitié juste la vérité , je t’interdis d’en douter ! »
C’est la première fois que je désire un homme et je dois vraiment prendre sur moi pour ne pas lui demandé de me faire l’amour, sachant que pour une première fois , je suis loin d’être à mon avantage, moins sexy qu’à notre nuit de noces, les cheveux retenus, moi qui imaginais une soirée parfaite si un jour les sentiments étaient partagés …. C’est loin d’être le cas, voulant me glisser sous les draps je ne peux m’empêcher de voir mon tee-shirt je ne peux m’empêcher de dire un sourire plus que coquin sur les lèvres.
« Si tu veux assouvir tes désirs tu as beaucoup mieux qu’un tee-shirt à côté de toi…. Et comme on l’a dit cette première nuit, à cet instant les trois choses essentielles pour nous sont réunis »
J’aurais pu avoir une approche plus subtile mais les mots sont sortis sans que mon cerveau les censures il est hors service là, je rougis de mon honnête en affichant clairement mon désir pour lui et je n’ai qu’une peur que je ne sois pas assez désirable ainsi , je l’embrasse avec douceur attendant sa réponse , évidement s’il le souhaite j’attendrais , c’est la première fois que je suis aimée en retour et que je suis amoureuse mon désir ne peut donc être que plus fort mais ma patience aussi je murmures entre deux baisers.
«Si tu veux je vais mettre autre chose de plus appropriée…. »
Je n’ai qu’une peur qu’il n’apprécie pas ce qu’il voit tout simplement et que son désir s’envole alors que de mon côté le mien et de moins en moins contrôlable la chute sera encore plus difficile …
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Dim 11 Jan - 18:48


 

Sa question sur les pokémons n’était pas si saugrenue que cela. Le fermier avait entendu des petits jeunes dans la rue parler de ces drôles de bestioles. Et comme Pacey ne savait pas en fait ce que c’était, il avait pris ce sujet comme échappatoire à sa propre humiliation pour tenter de porter les idées de Saphir sur autre chose que lui. D’autant plus comme il pensait être le seul des deux amoureux de l’autre, il espérait qu’en parlant d’autre chose, son épouse allait oublier sa trop récente déclaration. Exprimée surtout pas réellement comme il l’aurait souhaité. Le fils Garfield aurait aimé déjà dans un premier temps être sûr que sa femme ressente quelque chose pour lui et une fois chose faite, il se serait organisé pour lui faire la plus belle des surprises afin de se déclarer. Quoi comme surprise, ça il l’ignorait totalement pour le moment. Mais bon il avait le temps d’y réfléchir…
A la grande surprise du jeune homme, la belle rouquine ne s’était pas moquée de lui. Bien au contraire, il fut étonné de la sentir lui kidnapper ses lèvres comme jamais personne ne l’avait fait avant elle. N’étant pas insensible à ce geste, bien au contraire, il se sentait bouillir de l’intérieur. Comme s’il était une cocotte-minute prête à siffler sa vapeur. Sauf que lui, c’était bien entendu autre chose qui allait sortir bien trop prématurément s’il ne se calmait pas immédiatement. Pacey savourait leur baiser des plus passionnés. Et n’en quémandait que davantage lorsqu’elle se sépara de lui pour reprendre son souffle. L’éleveur souriait tel un bel imbécile heureux. Ses joues ayant pris une couleur bien pourpre.  Il écoutait très attentivement ce que Saphir avait à lui dire. Elle lui parlait bien évidemment de Katherine. Le fermier baissa instinctivement la tête en la secouant pour lui faire comprendre qu’elle s’était trompée.  «  C’est du passé. » Avait-il à peine le temps de révéler.
Ils s’allongèrent l’un à côté de l’autre se faisant face. Afin de poursuivre leur conversation on ne peut plus sérieuse. Alors Saphir l’aimait aussi. Pacey était aux anges. Il lui vola un baiser au passage. Puis la jeune femme vint rejoindre son mari sous les draps. Le pauvre avait l’espace d’un instant oublié qu’il n’avait plus qu’un tee shirt sur lui. Et aussi qu’il avait planqué l’habit qu’il avait piqué à sa dulcinée sur son entrejambe. Saphir remarqua bien qu’il n’avait plus rien en dessous. Et les mots qu’elle prononça le mirent de nouveau très mal à l’aise. Il eut du mal à comprendre ce qu’elle voulait dire par la suite. Tentant de se remémorer tout ce qu’ils avaient bien pu se dire lors de leur première nuit ensemble. Elle se mit à rougir.  «  Tu… Tu… Tu veux dire que tu… » Il avait si peur de se tromper. Mais il tenta le tout pour le tout. Il n’était plus à une fois près pour se ridiculiser.  «  Tu as envie de faire l’amour avec moi ? » Il se mordillait les lèvres espérant qu’il ne se soit pas trompé.  «  Tu sais que j’en meurs d’envie. Tu… Tu l’as senti… » Il posa une de ses mains à ce niveau-là de son anatomie.  «  Mais comment je peux savoir si toi aussi tu… Physiquement je veux dire… Enfin tu vois… » Il avait terriblement honte de sa question. Mais comme il n’avait jamais été à l’école, jamais eu de copine non plus, et que ce n’était pas non plus le genre de discussion qu’il entretenait avec son défunt père, Pacey était paumé.
Saphir voulait se changer. Il la retint.  «  Non reste comme ça, tu… Tu es parfaite come tu es… » Et pour briser la barrière de leurs fameux habits, le fermier ôta son tee shirt, qu’il jeta à côté du lit. Suivi du haut en trop de sa femme qu’il avait sous la couette. Le cœur manquant d’exploser dans sa poitrine, il se montra ainsi nu comme un ver face à sa femme. «  Je… Je ne sais pas si je suis prêt à le faire. Si je le serais un jour… » Il rit nerveusement, se cachant l’intimité entre ses mains. «  Comment on fait pour savoir qu’on l’est ? » Il se sentait très stupide de poser toutes ces questions idiotes à Saphir. Il se sentait en plus désavantagé car il était le seul dénudé des deux. Lui qui détestait son corps, il avait terriblement peur de décevoir son épouse et qu’au final elle ne le désire plus.  « J’ai peur de ne pas savoir comment m’y prendre et de te décevoir et que tu ne m’aimes plus… » Elle avait tant d’expériences et lui strictement aucune qu’il se mettait une pression d’enfer et commençait à paniquer.

code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Dim 11 Jan - 21:13

’Cause is you’


La pulsion avait pris le dessus, après avoir entendu sa déclaration, l’envie de l’embrasser était si forte je n’ai pu qui succomber ; et encore j’ai tout fait pour calmée mes ardeurs, ne voulant pas faire monter le désir en lui en vint, cela serait trop cruel ! Je n’oublie pas que mon mari est un homme pas comme les autres dans le sens où il est respectueux et à des valeurs alors une approche disons plus instinctive aurait pu gâcher le charme de ce moment. Le charme oui, car d’un seul coup c’est comme-ci j’avais été transportée sur un nuage, haut très haut dans les airs et je ne suis pas prête de retoucher terre. Dans mon esprit il était impossible qu’un homme si bien a des sentiments amoureux pour une femme qui a exercé un tel métier, certes pour survivre, mais je me suis tout de même donnée pour de l’argent. Je dois dire que à cet instant je regrette amèrement de ne pas pouvoir m’offrir à lui, comme je l’ai toujours voulu me donner à un homme par amour . C’est donc normal que je balaye vite le sujet des pokémon je n’espère pas trop sèchement tout de même, il aurait pu me parler de n’importe quoi mon esprit aurait était incapable d’enregistré, face à ses doutes il fallait absolument que je réponde. Je pensais aborder cela demain pendant la surprise pour nos trois mois d’union, mais je m’attendais à être repoussée en réalité ; pensant que le désir exprimait par Pacey n’était pas un effet produit par moi-même mais par la femme qu’il aimait Katherine .
Il me faut me contrôler pour mettre fin à notre échange et quand je lui parle de mes craintes, je réalise que l’on a perdu beaucoup de temps, période pendant laquelle nous souffrions tous les deux pensant que les sentiments n’étaient pas présents, chez l’autre … Nous nous sommes donc éloignés pour rien au final, c’est un rire nerveux qui émane alors de ma gorge quand je dis une fois sur le côté .« Toutes ces nuits où je n’avais qu’une envie que tu me serres dans tes bras comme notre toute première nuit, et que je m’y refusais pensant que c’était à une autre que tu pensais… Nous avons mis une distance inutile entre nous …. Je ne veux plus louper un instant avec toi » Je ne disais pas ça dans le but de passer une étape sur le plan physique loin de là, mais nous nous somme murer dans le silence pour rien , j’ai cru le perdre donc je ne veux plus perde une minute, c’est la première fois que je ressens ça pour un homme et si fort si violent, mon corps réagit plus que je ne l’aurais imaginer, je l’embrasse alors dans le cou une fois sous la couette pour être près de lui, et dois à chaque fois me forcer à arrêter, ne pensant qu’à le recouvrir de baiser , sans oublier un millimètres de sa peau, être proche de lui, communier avec lui, ne faire qu’un ! Je brûle littéralement s’il me prend pour une bouillotte je ne sais pas ce qu’il va en dire là, c’est la première fois que je désire un homme réellement et je ne peux m’empêcher de l’exprimer, maladroitement les mots à peine sortis je me mords la langue plus que gênée d’exprimer cette envie avec tant de franchise ! C’est donc sans nulle surprise que lorsqu’il me demande s’il a bel et bien comprit ce que je voulais dire que mes joues reviennent rouges pivoines, j’ôche ma tête me mordant la lèvre inférieur, mal à l’aise mes yeux ne quittent pour autant pas les siens « Oui j’en ai très envie …. Rappel toi ce que je t’ai dit je n’ai jamais désiré un homme , mais ce soir , c’est au plus profond de moi j’ai envie de toi, cesser chaque baiser me demande un effort important pour ne pas céder totalement …. » Plus que gênée par cet aveu j’enfouis mon visage dans ma chevelure de feu, n’osant pas le regarder. Lui qui est encore pur je fais preuve de peu de subtilité, mais la franchise à toujours été mon plus gros problème. Ma main caressant son torse il me pose une question qui permet que mon cerveau reste en marche, que j’ai une tenue digne de lui, il n’a jamais fait l’amour encore et j’aimerais tant que tout soit parfait pour lui. Pour ma part ça été tellement catastrophique que je veux le meilleur pour lui, ayant pourtant peur que la vision de mon corps ne remplisse pas toutes ses attentes . Ma respiration plus calme je lui susurre à l’oreille «Chez une femme ça ne se voit pas … enfin pas comme pour un homme, c’est plus difficile à savoir… »

Il m’est difficile de trouver les mots adéquats pour lui expliquer, je veux dire je n’ai pas de livre explicatif sur le sujet où autre, et je sais que ça doit être embarrassant pour lui de me poser la question . Il serait plus décontracté avec un ami une bière à la main plutôt que nu, dans le lit avec moi. Je lui souris l’embrassant sur le torse remontant jusqu’à son cou avant de lui dire . « Si tu n’es pas prêt dis le moi . Ce n’est pas grave je suis prête à attendre autant de temps qu’il te faudra … Je ne veux surtout pas aller trop vite pour toi, et puis j’ai tellement peur que tu sois déçu de ce que tu vois … Oui j’ai envie de faire l’amour- là maintenant ! Mais si ce n’est pas ton cas ce n’est pas un soucis .. Je voudrais tellement que tout soit parfait … Comme tu le souhaite. Il n’y a pas vraiment de façon de savoir si tu es prêt tu le ressens mais ça ne veut pas dire pour autant que tu n’as pas peur »Lui faisant un baiser esquimaux toujours avec ce sourire béat aux lèvres, je le regarde repassant à califourchon sur lui histoire de nous mettre à égalité… En espérant qu’il sera un peu moins mal à l’aise. Ôtant donc la nuisette que je porte qui rejoint vite ses vêtements au sol , mes mains posées sur son torse je lui dit alors ayant détaché mes cheveux .
« Puisqu’on parle des peurs , la mienne c’est que tu n’apprécie pas ce que tu vois, et que tu en sois déçue (mettant mon index sur sa bouche j’ajoutes) Mon amour ne cessera pas parce que notre première fois ne sera pas un vrai feu d’artifice … Il y a beaucoup de choses fausses sur la première expérience , ce n’est jamais le nirvana, ce n’est jamais parfait, c’est même souvent douloureux chez une femme… Ce que je veux dire c’est que je n’ai pas d’attente particulière , ne te mets pas la pression je veux juste me sentir proche de toi, qu’on se rapproche physiquement qu’on ne fasse qu’un ! Certes j’ai de l’expérience mais je n’ai jamais désiré ou aimé un homme deux choses qui sont ici différente avec toi, pour cela tu es loin d’avoir à en rougir »
Je l’embrasse encore une fois fougueusement avec passion , sans plus aucune retenue de ma part , mes mains se baladant sur son torse ses bras, le caressant du bouts des doigts , ma langue joue avec la sienne diaboliquement … après ses lèvres ma bouche vient se poser juste au lobe de l’oreille descendant petit à petit par étape, l’embrassant, mais aussi mémorisant chaque grain de beauté présent où ne serait-ce la moindre cicatrice aussi petite soit-elle… Ne souhaitant qu’une chose faire n’être l’envie en lui … tout en ne cessant pas mes caresses mes lèvres rejoignent les siennes fréquemment, basculant je le regarde prenant ses mains lui faisant comprendre que je vais répondre à sa première question. Attendant qu’il soit au-dessus de moi, je pose donc la première de ses mains sur ma poitrine alors que des frissons commencent à parcourir mon dos, tenant toujours la seconde ; je le guide alors jusqu’à mon intimité, brisant alors avec douceur la dernière barrière vestimentaire qui séparent encore , nos deux corps … Passant ma main dans ses cheveux avec fougue, je l’embrasse à nouveau, lui ayant murmuré tout à l’heure qu’il me dise s’il souhaite que j’arrêtes à tout moment . Même si honnêtement je commence à perdre le contrôle, mon cerveau commençant à manquer d’oxygène, le sang affluant de plus en plus vite, mon pouls et mon rythme cardiaque s’emballant de concert, mes pupilles se dilatent, me laissant aller totalement à l’envie qui est présente mon cerveau est en veille, je ne réfléchis plus dans mes actions n’écoutant que mes envies dans mes caresses et mes baisers tout en gardant un maximum de douceur l’encourageant à ce que lui aussi à son tour découvre mon corps…
code par kusumitagraph'


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Mer 14 Jan - 22:43



Nos jeunes mariés en étaient arrivés tous les deux au même résultat : ils avaient perdu trois mois ou presque avec une relation purement platonique au lieu de s’épanouir pleinement. « Je ne veux plus louper aucun instant non plus dans tes bras. » Il se serra davantage contre le corps de sa femme. Lui susurrant à l’oreille un autre « je t’aime » . Pacey fut rassuré de voir que Saphir semblait désirer tout autant que lui de passer aux choses sérieuses dans leur vie de couple. Ce fut sans pour autant que la panique vint gagner l’âme encore pur du jeune homme. Il appréhendait terriblement cette fameuse première fois. Cette étape qui ferait enfin de lui un adulte. Jusqu’à ce soir, il n’avait jamais cru qu’un jour une femme veuille de lui. Il pensait s’éteindre vierge. « Et dire que cela trois mois, depuis que je te connais, que j’attends dans mon coin que tu me remarques autrement que comme l’ami qui t’a tendu la main pour refaire ta vie. »   Il était tombé amoureux d’elle le soir de leur nuit de noces. Tous les échanges et la complicité qui s’étaient installés entre eux avaient suffi à l’éleveur pour qu’il offre son cœur à cette jeune femme autrefois perdue. Dès leur première rencontre quelques jours auparavant, Saphir l’avait beaucoup intrigué. Femme mystérieuse, resplendissante et courageuse à la fois. C’était en autre pour cela qu’une fois mariés, à peine quelques jours après, Pacey lui confessait de son propre chef son inexpérience. Evidemment, la jolie rouquine s’en était rendue compte auparavant. Mais contrairement aux personnes malfaisantes que le fils Garfield a déjà pu croiser dans sa vie, l’ex prostituée ne l’avait pas jugé à cela ni fait de remarque le rabaissant au plus haut point. Le fermier lui en était extrêmement reconnaissant pour ce respect.
En revanche il ne comprenait pas trop pourquoi Saphir parler de ne pas céder en cessant les baisers. Le pauvre avait loupé un épisode mais n’osait rien dire. Il se sentait déjà assez pitoyable comme ça avec ses questions plus stupides les unes que les autres sans en plus en remettre une couche supplémentaire. L’éleveur craquait davantage sur sa petite femme lorsqu’elle rougissait et faisait la timide. Il devait se mordillait les lèvres pour ne pas lui sauter dessus et la parsemer des baisers plus enflammés les uns que les autres.
Curieux de la nature humaine, notre inexpérimenté s’aventure sur un chemin glissant. Sa femme lui répondit on ne peut plus clairement sur le sujet. Pacey avait fortement honte d’être aussi ignorant. Mais comme en plus il n’avait jamais été à l’école, cela ne l’avantageait encore moins. Car il a loupé tous les cours de biologie sur le corps humain… Il savait à peine lire. Ecrire n’était pas mieux. Ses lettres, il ne savait les faire qu’en capitale. Le script restait pour lui encore un code à déchiffrer. La cursive simplement du chinois. Le jeune homme avait souvent vu sa femme le nez plongé dans les bouquins. Il n’avait jamais cherché à s’intéresser à ses lectures de peur qu’elle veuille lui prêter un de ses ouvrages. Et pour tout avouer, l’éleveur n’avait pas envie de ça car ça lui faisait peur. Il se savait simplet et peu cultivé. Et cela lui convenait parfaitement.
Détestant son corps chétif malgré sa grande taille, Pacey se mit à cacher sa nudité entre ses mains. Le monologue de Saphir sur leur future première fois le rassurait un peu. Il comprit qu’il était peut être prêt depuis longtemps déjà sans le savoir. Fallait dire qu’avant de connaitre son épouse, il voulait à tout prix réunir trois critères pour lui primordiaux. Et ces trois fameuses caractéristiques, étaient à présent réunies ce soir.  « Je t’aime pour toi, pour ta personnalité, pas pour ton physique. Et puis comment veux-tu que je te compare aux autres femmes ? Complètement nue, je n’en ai jamais vu. »   Haussa-t-il les épaules pour conclure. Sa phrase se faisait involontairement maladroitement. Saphir pouvait être grosse ou maigre, ce n’était pas le physique qui comptait pour lui. « C’est plutôt moi qui doit te demander si je te plais comme je suis… Si je suis normal ou pas là où tu as vu. »   Il baissait les yeux.  « Désolé… Ce n’était pas ce que je voulais dire. » Il eut peur qu’elle comprenne qu’il la demande de le comparer à ses anciens clients et qu’elle le prenne mal. Chose qui était plus ou moins le cas en fait. Le fermier était si maladroit et peu sûr de lui qu’il pouvait se faire involontairement blessant.
Il se mit à rougir violemment lorsqu’elle retira sa nuisette. Osant à peine lever les yeux vers le torse de sa femme, il sentit l’envie lui parcourir de toute part. Les faisant changer de position afin que Pacey soit sur elle, Saphir lui fit découvrir son corps. Le jeune homme faisant donc voyager ses mains sous la guidance de sa dulcinée, puis seul, il fut surpris du contact situé plus bas. Regard on ne peut plus expressif échangé avec sa partenaire, la petite culotte vola sur le planché. Ambiance devint chaude et bouillante. Le fermier apprenait les préliminaires. Tellement que Pacey n’eut même pas le temps de perdre sa virginité qu’il s’abandonna trop prématurément à côté de madame Garfield. Extrêmement déçu de son comportement, les yeux limite larmoyants, il  prit un des vêtements au sol pour essuyer sa femme.  « Je suis désolé… » Il ne savait pas se contrôler.
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Jeu 22 Jan - 20:26

’Cause is you’


   
« Tant de temps perdu , depuis le soir de notre rencontre, tu m’as troublé  tu n’imagines pas à quel point …. Mais je ne pouvais oublier la photographie présente dans le tiroir de ta table de nuit , je pensais ne jamais être à la hauteur pour un homme tel que toi … Je ne veux plus perdre une seconde des moments que nous offre le mariage »
Nichant ma tête dans son cou, je mets un certain temps à réguler ma respiration suite à nos baisers échangés, et je dois dire que je commençais à perdre le contrôle, le désir sans doute enfoui de ces derniers mois qui s’anime. Il m’est difficile de lui avouer sans détour que j’ai envie de lui purement simplement, il n’y a pourtant pas trente-six façons de le dire, mais je me trouve trop franche alors qu’il n’a jamais fait l’amour , je devrais me montrer prête à attendre le temps qu’il faudra au lieu d’exprimer mon désir si maladroitement . Gênée  je pense à ce qu’il dit et me dit que la première fois que je l’ai vu il m’a tout de suite intrigué, il y a eu aussi son attitude avec ses animaux et notre nuit de noce. C’est cette nuit-là qui m’a fait réaliser que ce mariage n’était pas si factice que cela du moins de mon côté, sa douceur sa tendresse, le fait aussi qu’il n’attende pas de moi ce que tant d’hommes avait souhaité. Qu’il me respecte en somme, et puis sa façon de poser ses questions avec franchise tout comme ses paroles sans jamais penser à mal ;  disant seulement ce qui lui passe par la tête sans filtre voilà ce qui m’a fait tomber amoureuse de lui . Avant d’aller plus loin de bien qu’ayant compris qu’il le souhaite autant que moi il évoque sa peur , je lui évoque la mienne sans retenue , cela peut paraître stupide vue ce que j’ai fait pour survivre, pourtant face à mon mari complétement nu, la peur s’empare de moi, au plus profond de mes tripes ! C’est complétement déconcertant mais étrangement agréable , sa réponse ne me rassure en rien lui  souriant je lui dis alors .
« C’est pas ce que je voulais dire certes des hommes m’ont vu nue , mais jamais cela m’a préoccupé et ce soir c’est tout le contraire ! J’ai peur que certaines parties de mon corps ne te plaisent pas ce genre de choses … ça peut paraître ridicule mais je veux te plaire simplement . »
Mes yeux scintillent à ses paroles ayant cette sensation étrange que c’est une gamine de seize-ans qui parle, la phrase qui suit pourrait faire mourir en moi le désir ou encore me blessée mais venant de sa part je crois que c’est purement impossible, ne vivant pas dans un monde idyllique peut-être qu’un jour ça sera le cas, mais je sais que dans ses paroles il n’y  a pas de vice ou encore de sous –entendus malsains . échangeant avec lui un baiser esquimau je lui réponds un sourire malicieux aux lèvres que je n’ai pas regardé une seconde …. Je voudrais tellement qu’il prenne confiance en lui, qu’il cesse à douter il éveil en moi ce que personne à su faire avant alors pourquoi se dévalorise-t-il autant .« J’ai compris … Parfaitement » Souhaitant rétablir l’équilibre j’enlèves ma nuisette sans pudeur face à lui, je le vois alors devenir pivoine ce qui me fais sourire alors que je cède encore à l’envie de l’embrasser avec ardeur, toujours aussi exploratrice dans mes actes. Nos échanges deviennent de plus en plus intenses, surtout lorsque je décide de répondre à sa question de tout à l’heure le plus simplement possible, ne parlant évidemment pas des Pokémons ; c’est donc après un regard qui en dit long que nous échangeons , que je finis moi aussi en tenue d’Eve, la température semble montrer de plusieurs dizaines de degrés en quelques secondes .
Mon mari prenant lui-même des initiatives, c’est à mon tour cherchant à faire monter le désir en lui d’avantage par tous les moyens que nous la gente féminine avons à notre porter, mes caresses se font alors plus intimes et mes baisers plus ardents  . Mais alors que les préliminaires s’intensifie et que je suis à la recherche d’un préservatif dans ma table de nuit , le désir qu’éprouve mon mari n’a pas pu lui attendre plus longtemps . Alors qu’il m’essuie je murmure doucement mon front contre le sien . Ce n’est rien
Evidement je sais que mes paroles dans ce genre de choses , ne servent pas à grand-chose, je le sais, m’enroulant dans la couette, je pose ma main sur son torse alors qu’il est sur le dos l’embrassant .
« Ce n’est rien Pacey, ça ne changera rien l’amour que j’ai pour toi ni le désir que j’éprouves… »
Je cherche alors de quoi me vêtir et opte alors pour mon peignoir qui est au bord du lit, je l’enfile me levant du lit, informant Pacey que je reviens ressentant son besoin d’être seul à ce moment précis . Pieds nus je vais jusqu’à la cuisine sortant un plateau puis deux bols comme lors de notre nuit de noce, j’y dépose de la glace le parfum préféré de mon mari, du pain d’épice émiettiez dessus et de la sauce caramel , il est temps de refaire de la pause gourmande notre rituel . Je suis de retour dans la chambre alors qu’il s’est revêtu , je tiens toujours le plateau lorsque je me blotti contre lui en tailleur , posant le plateau devant nous .
Ne souhaitons pas l’humilier ou amplifier ce qu’il ressent je n’aborde pas le sujet respectant sa pudeur, blottie contre lui je tiens mon bol de crème glacée en prenant une cuillère, il reste silencieuse ne sachant que faire …
"Pause gourmande comme à notre nuit de noce c'est notre rituel"

code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Ven 23 Jan - 10:30



Pacey ne comprenait pas pourquoi Saphir s’inquiétait tant que son corps ne plaise pas à son mari. Quoiqu’il puisse penser ce qu’il voulait ou être totalement perdu plutôt, le jeune homme n’était pas mieux. Lui aussi demandait à sa compagne la même chose. Si peu de confiance en lui le mettait extrêmement mal à l’aise d’être ainsi dévêtu. Il confia cependant que c’était aussi la première fois pour lui d’être dans cet état de vers de terre devant une femme. Très pudique, il ne se mettait jamais nu d’habitude. Les seuls moments où cela arrivait, c’étaient quand il se retrouvait tout seul dans la salle de bains et qu’il se lavait. Sinon jamais. Dans sa maladresse légendaire de mal formuler ce qu’il avait à dire, à aucun moment Pacey n’avait cru faire du mal à l’ex prostituée. Et si c’était le cas, ce n’était certainement pas souhaité. Bien au contraire, c’était bel et bien Saphir qui mentionnait les autres hommes, ses clients du passé. Et non le fils Garfield. D’ailleurs lorsqu’elle parlait d’eux, même si cela n’avait duré que deux secondes, le vieux garçon s’était senti mal à l’aise. Lui qui n’avait jamais connu personne intimement parlant avant sa femme, il haïssait tous ces types qui avaient pu toucher cette dernière avant lui. Il se détestait pour ne pas avoir connu Saphir à l’époque, juste avant qu’elle ne vende son corps pour la première fois. Il aurait tant aimé la connaitre à ce moment-là. Cela aurait épargné à Saphir toutes ses blessures morales comme physiques. Des maltraitances qu’elle avait peut-être connues avec certains clients. Quoiqu’il en soit, on ne peut changer le passé. Ce qui était fait, était fait. Point barre.
Le mariage était enfin sur le point d’être consommé. Du moins c’était ce qu’espéraient les jeunes époux. Mais malheureusement, manquant cruellement d’expérience, l’éleveur finit son tour avant même que les choses ne deviennent réellement sérieuses. Saphir avait beau tenter de le rassurer en lui répétant que ce n’était rien, qu’elle l’aimait et le désirait toujours, Pacey restait désespérément silencieux. Nettoyant les dégâts, il se jurait lui-même dans sa tête. S’insultant de nul et d’incapable. Il n’était même pas fichu d’attendre assez longtemps pour passer le cap et devenir enfin un homme. Condamné à rester vierge jusqu’à ce que sa femme veuille bien retenter le coup.
Pendant que cette dernière s’éclipsa, Pacey se rhabilla. Il alla mettre dans le panier de linge sale, le haut qu’il était souillé en frottant sa semence trop prématurément sortie. Puis revint dans le lit en soupirant. Il regarda l’heure sur sa montre. Il était presque deux heures et demie du matin. Il songeait à enfin aller se coucher. De toute façon, il ne pouvait pas plus décevoir sa femme qu’il venait de le faire déjà. Mais par politesse, il attendit quand même son retour. Heureusement, Saphir ne tarda pas trop à revenir. Avec un plateau entre les mains. Pacey se redressa donc pour s’asseoir avec un petit sourire sur le coin des lèvres. La fameuse pause gourmande. Cela lui rappela la première qu’ils avaient faite ensemble lors de leur nuit de noces. Pour simple réponse, il vola un doux baiser sur les lèvres de sa partenaire. Encore trop déçu de lui-même, Pacey préférait garder le silence. Se demandant ce que sa femme pouvait bien lui trouver comme charme. Car en fait, il ne s’en trouvait aucun. « Merci. » Il prit le bol que lui donna Saphir et prit un peu de glace qu’il enfourna avec un peu d’hésitation dans sa bouche. Attendant que la jeune femme parle de ce qu’il venait de se passer. L’éleveur préférait qu’elle ouvre ce sujet de conversation tant redouté. Il s’était bien assez humilié tout seul. Et puis pouvait-il dire de plus mis à part qu’il était désolé ? Chose qu’il avait déjà faite d’ailleurs.
code par kusumitagraph'


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Ven 23 Jan - 18:12

’Cause is you’


   
Mon cher et tendre se retrouve tout penaud vu la situation, de ne pas avoir su retenir son envie, avant que les choses aboutissent … J’ai beau lui dire que ce n’est rien je sais que mes paroles n’ont que peu de poids par rapport à son ressenti. Dire que j’ai eu des clients qui ont eu des pannes ou d’autres incidents , mais ça ne je peux m’y résoudre chaque jour je fais mon possible pour que sa mémoire mette en sommeil , mon passé alors aborder ce sujet m’est impossible . Je m’éclipse donc quelques minutes, pensant qu’être seul quelques minutes pour se remettre. Je vais donc en cuisine préparer notre pause gourmande prenant bien soin de préparer les choses qu’il préfère ; je sais que c’est peu mais dans ma volonté de crever l’abcès, je veux aborder les choses en finesse avec délicatesse. Je lui apporte donc le tout me blottissant dans ses bras à peine de retour dans le lit conjugal . Je sens qu’il est distant avec moi, et nul doute c’est en rapport avec ce qui vient de se passer. Je reste silencieuse mangeant pensant qu’il va enfin s’ouvrir à moi, mais rien mise à part un baiser volé qui a le goût de trop peu… Après plusieurs minutes d’hésitations ; me raclant la gorge  je me décides enfin.
« Pacey… Je sais que ce qui vient de se passer pour un homme ça doit être dur à supporter, je crois que c’est moi aussi … je voulais tant que ta première fois soit comme tu le voulait, je veux dire la mienne c’était une catastrophe et encore le mot n’est pas assez fort… Entre la douleur, le sang et mon manque de ressenti, ce soir –là c’est comme –ci j’étais morte… »
Cet aveu m’est difficile et très vite mes yeux verts scintillent et deviennent brillant, même au fil des années ce sentiment n’est pas passé. On dit qu’avec des si on referait le monde c’est que mon esprit fait ce soir, si j’avais rencontré Pacey avant, si j’avais pu me donner à lui, si seulement … Si ! Je poses mon bol le temps de prendre mon visage entre mes mains le forçant ainsi à me regarder j’ajoutes alors le regardant dans les yeux tous le long.
« Pacey , je t’aime depuis le soir de notre rencontre, je sais que je t’aimes depuis que tu m’as pris dans tes bras et que tu m’as dit que tu comprenais les horreurs que j’ai pu avoir à faire, tu es le seul avec qui j’ai envie de faire l’amour , l’unique qui me fait éprouver du désir… je me doutes que dans ta tête tout se chamboule si seulement tu arrivais à te confier… j’aime ta façon de me poser des questions sans retenue, la douceur de tes caresses la façon dont tu me regardes quand tu me dis je t’aime, c’est tout ça qui fait que je t’aime tout ce que tu es ! »
Je finis par l’embrasser tendrement, ma main passant en dessous de son tee-shirt, l’embrassant encore puis dans le cou, près de son oreille lui murmurant de fermer les yeux lorsque je l’aide à enlever le haut de son pyjama . Ainsi je me glisse sur lui recouvrant sa peau de baisers ardant, avec lenteur, laissant traîner mes lèvres par moment . le caressant en même temps me laissant aller au fur et à mesure . Je descends au fur à mesure, arrivant bientôt sous la couette dissimulant ma crinière rousse explorant le reste de son corps , attendant de voir si mes gestes doux ont un effet sur mon mari. Remontant alors que j’arrive à son oreille, mon souffle chaud déclenche un frisson dans son cou quand je susurre « j’ai toujours envie de toi… »
Je ne sais pas si c’est la meilleure des choses à faire ou s’il aurait préféré parlé d’avantage de ce qui s’est passé tous à l’heure. Je lui ai demandé de fermer les yeux pour qu’il se détende et qu’ainsi si le désir se réveil , plus doucement que tout à l’heure essayant de pas trop faire monter la température comme tout à l’heure. Je ne sais ce que va donner mon essai évidement , dans tous les cas je poursuis mes baisers et mes caresses dans une infini douceur et tendresse ; même si je sais pertinemment que si mon mari répond à mes avances, la douceur laissera place à la fougue de la passion que je tente de contrôler …
Une fois mes paroles dites je redescend en douceur jusqu'à son bas-ventre manquant de déclencher des chatouillement défaisant les boutons de son pantalon un à un, avec délicatesse voulant respecter sa pudeur. Continuant mon exploration avec précaution avant de réapparaître, le recouvrant de baiser enflammés , gardant même à l'esprit qu'il pourrait ne pas vouloir ...


code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Ven 23 Jan - 20:01



Le silence devint pesant entre les époux. Mais Pacey ne se voyait pas du tout aborder le sujet. Il se sentait encore plus stupide lorsque Saphir prit la parole. Elle évoquait la première fois parfaite pour lui alors que cela n’avait pas du tout été pour elle. La façon même qu’elle en parlait lui faisait froid dans le dos. Pour la réconforter, il la serra davantage dans ses bras. Caressant tendrement sa main avec la sienne. Cependant il ne savait pas trop quoi dire. S’il se mettait à ouvrir la bouche pour sortir la première chose qui lui venait à l’esprit, Saphir de le prendre à mal ou de provoquer un quiproquo dans le couple. Entre les mots « douleurs », « sang » et « morte » de l’expérience décrite par la rouquine, ça ne donnait franchement plus envie à l’éleveur de perdre sa virginité.
Caressant crinière de feu de sa dulcinée, jouant avec quelques mèches entre ses doigts, Pacey se contenta de l’embrasser avec délicatesse sur la joue. Voyant les larmes sur le point de tomber dans le regard de sa femme, il l’enlaça davantage lui murmura une fois encore à l’oreille à quel point il l’aimait et que jamais il ne la ferait souffrir comme cela. Du moins, il l’espérait. Pour ce qu’il connaissait des relations sexuelles, il était incapable de pouvoir dire si Saphir pouvait encore ressentir des douleurs comme cela avec son expérience.
Saphir l’obligea à la regarder droit dans les yeux. Et lui fit la plus belle des déclarations d’amour qu’il n’avait jamais entendu. Il en eut à son tour les larmes aux yeux. « Merci. » Il ne savait pas trop quoi faire d’autres. Mis à part sur le fameux sujet tant redouté. « Je n’ai jamais osé imaginer la façon que ça pourrait se passer. En fait, j’ai toujours cru avant ce soir que personne ne voudrait de moi. Et surtout pas toi. » Il baissa la tête en ravalant sa salive. « Je suis tombé amoureux de toi ce soir de notre mariage. Cette nuit-là c’était si magique entre nous que tu m’as fait oublier ma peine pour Katherine. » Il la regarda de nouveau. « Je ne pouvais pas me faire de nouveaux faux espoirs en pensant que tu pourrais aimer un mec comme moi… » Il baissa encore la tête, cette fois ci en rougissant. « … Qui ne l’a jamais fait ni rien. Les femmes préfèrent les hommes, les vrais quoi… Et je ne peux pas dire que je le suis tant que je suis comme ça. » Il parlait toujours de sa virginité. « La preuve avec tout à l’heure… Un vrai mec aurait su te faire l’amour… » Il haussa les épaules. Une bille d’eau salée roula le long de sa joue et tomba sur son tee shirt, marquant ainsi son bref passage d’une petite tache humide sur le tissu. « Je t’aime et je n’ai pas envie de te perdre. Sans toi je ne suis rien. »
Suite à cela, il ferma les yeux comme le demandait sa femme. Il se laissa faire. Son cœur tambourinait dans sa poitrine lors de la première descente de Saphir. Lors de la seconde, où il sentit les mains de sa partenaire ouvrir son pantalon et ce qu’elle fit ensuite lui donna la trouille. Jamais il n’avait été aussi loin. Des milliers de questions voulaient le chambouler à lui donner le tournis. Mais Pacey tenta malgré tout de faire le vide. Il gardait sagement les yeux clos. Sa respiration devenant haletante, l’envie de faire l’amour devint en lui. Saphir ne pouvait en être que plus heureuse voyant les effets qu’elle lui faisait.
Revenue à la hauteur de son homme, ce dernier s’accapara de ses lèvres. D’après tendrement, puis Saphir devint plus fougueuse. Pacey l’interrompit. « Doucement mon amour… S’il te plait… » Il avait à peine ouvert les yeux pour lui dire ses quelques mots. Mais aussi pour ouvrir le peignoir de la jeune femme. Lentement, il fit glisser la soie sur les épaules redevenues nues de cette dernière. « Je t’aime. » Il la fit s’allonger sur lui et l’enlaça avec une douceur infinie. « Fais-moi l’amour… Guide moi, je ne sais pas ce qu’il faut faire pour éviter de gâcher encore ce moment. » Il avait visiblement très peur. Pas seulement de passer à l’acte. Mais surtout de la décevoir encore.

code par kusumitagraph'


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Saphir L. Keegan
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 435
◊ moving in to Buffalo : 01/09/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Ven 23 Jan - 21:41

’Cause is you’


Blotti dans les bras de mon mari, il n’y a qu’ainsi que je peux me confier, sans peur du jugement mettant en sommeil ma pudeur. Certains rigoleraient à cette évocation, mais oui je suis quelqu’un qui garde ses plus profondes blessures secrètes, il est vrai aussi que j’en ai honte il faut le dire de tous ces évènements. Pourtant mon mari ne me juge en rien pour tout cela il se montre bienveillant, rassurant mais surtout des plus tendre, ce qui m’encourage à me livrer au fil du temps, comme le soir de notre nuit de noce. Nos doigts s’entremêlent alors quand il me répond, ne comprenant pas vraiment pourquoi il me remercie suite à ma déclaration. Encore une fois il se dévalorise à mon grand désespoir ! Je le laisse parler l’écoutant avec attention , soulagée lorsqu’il me confie que j’ai su effacer la peine qu’il ressentait par rapport au rejet de Katherine. Là c’est moi dans notre couple qui me montre peu confiante, voulant être certaine que je suis la seule dans son cœur… Etrangement je pourrais reprendre la majorité de ses propos, comme-ci la similarité entre lui et moi été si profonde presque mystique quand on sait que ça fait seulement trois mois qu’on se connait. Je ne pensais pas que ça soit un jour possible ; je l’écoute mais quand je sens une larme atterrir sur ma chevelure je décide de prendre la parole « C’est moi qui pensait ne jamais être la hauteur d’un homme comme toi … Pensant aux valeurs que j’avais du oublier … arrêtes de dire ça ! Tu crois que tu ne peux être qu’un homme qu’à la condition de me faire l’amour ? »Redressant ma tête pour planter mon regard dans le sien « Ce qui fait de toi un homme à mes yeux … C’est que lors de notre nuit de noce tu ne m’a pas demandé de me donner à toi comme tous auraient fait … Que tu es accepté mon passé sans juments ça , ça fait de toi un homme, moi je trouves ça beau que tu es voulu attendre pour te donner par amour ! Je l’aurais fait si la vie avait été autrement… Pacey que tu me fasse l’amour ce soir, dans une semaine , un mois , trois je m’en fous ! Je t’aime arrête de te résumé à cela . » kidnappant ses lèvres l’embrassant puis sur le front par la suite sur le front, je parviens enfin à faire cet aveu dans un murmure « C’est moi qui ai peur de te perdre, de te décevoir … Je te fais la promesse que ça ne sera jamais le cas ! Je sais que toi jamais tu me blesseras.. »
La promesse qu’il m’a faite tout à l’heure m’a énormément touchée, c’est la première fois que quelqu’un me fait cette promesse, mais surtout première fois que je crois en ces paroles, si seulement il pouvait comprendre que c’est pour tout cela que je l’aime … Il est juste parfait pour moi me respectant, ne me jugeant pas avec tout ce qu’il sait il pourrait, croyez-moi. Sur dix hommes je même pas trois d’entre eux auraient réagi ainsi. Je voudrais qu’il se voie tel que je le vois et enfin son sentiment d’infériorité s’envolerait ! Malheureusement je ne sais que trop que mes paroles et mes actes n’auront que peu de portée , c’ est à lui de faire cette démarche pas à pas .
Je ne sais pas si j’ai la bonne attitude face à ce qui vient de se passer, mais je lui demande de me fermer les yeux, qu’il se vide ainsi l’esprit et s’ôte toute pression je lui dis avant même d’enlever son tee-shirt consciente que mes paroles de tout à l’heure ont pu l’affoler. « Te rencontrer ma redonner vie ! » Ce n’est en rien une surestimation de la situation, je survivais pour sauver ma sœur uniquement, sans parvenir à ressentir quelque chose de positif totalement résignée à ce que la fin de ma vie soit ainsi.
Je ne peux résister à l’envie de réveiller en mon mari le plaisir, car je rougis en lui disant cela mais j’ai toujours envie de faire l’amour, l’effet ne s’est pas estomper … Avec douceur et tendresse je fais de mon mieux pour que mon mari me désire à nouveau … Ainsi je sens qu’il contrôle sa respiration ; j’appréhende légèrement lorsque j’arrive au moment de déboutonner son pantalon peur qu’il me rejette et préfère dormir. Je me monte pas inventive la seconde fois espérant ne pas choquer mon soupirant, quand enfin l’envie vint en lui un léger sourire malicieux s’afficha sur mes lèvres ravie de constater que je lui fais de l’effet. De retour à la hauteur de mon mari je suis ravie qu’il prenne la décision de m’embrasser, le laissant faire sans résistance mais je finis par m’emballer mon mari me rappel à l’ordre mordillant sa lèvre inférieure je murmure « Pardon mon cœur j’ai beaucoup de mal à contrôler l’effet que tu as sur moi… C’est promis . Alors qu’il défait mon peignoir cette fois les yeux ouverts, je le laisse recouvrir mes épaules maintenant dévoilées de baisers avant de faire glisser petit à petit le peignoir qui finit au sol , quand j’arrive ôter son pantalon à mon homme nos deux habits rejoignent donc le tee-shirt par terre .
Mon corps pressé en douceur contre lui me fait frissonner, mon désir s’amplifie d’avantage à sa demande . Bien que je n’en ai pas l’habitude contrairement à ce qu’il pourrait croire je n’ai jamais pris l’ascendant sur l’homme dans un rapport intime, je fais donc de mon mieux pour être douce et tendre dans nos échanges. Cherchant à faire éprouver à Pacey le plus de plaisir possible sur le plan sensoriel je lui dis alors d’une voix à peine audible ma respiration étant dès plus saccadée « Vide ton esprit et arrêtes de réfléchir, agit par simple envie sans chercher une raison écoutes tes envies tout simplement… Plus tu réfléchis moins tu apprécies l’instant .[/b]
Je sais que c’est à force de réfléchir qu’il se met une pression folle, et sous pression il y a moins de chance que les choses ne deviennent sérieuses. Je fais attention à ne pas faire monter la température trop vite comme plus tôt dans la nuit, pour ne pas le faire attendre en vain, alors que seul son caleçon empêche que notre nuit de noces soit consommée , je demandes à mon mari s’il souhaite se protéger.
Il sait pertinemment que je parle, de préservatifs, je lui avais dit que je le demandais toujours dans mon ancien métier , je ne dis pas cela pour moi car je ne vois pas les choses ainsi pour moi cette nuit avec lui , représente vraiment ma première fois, mais il pourrait avoir peur que je ne sois pas saine disons vu ce que j’ai dû faire, voilà pourquoi j’ai la présence d’esprit de lui demander ayant un préservatif dans la main c’est à lui de choisir.





code par kusumitagraph'


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Pacey J. Garfield
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Modos

◊ fields harvested : 1074
◊ moving in to Buffalo : 11/08/2014


MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!] Dim 1 Fév - 18:59



Saphir rassura son mari comme elle pouvait. Lui qui ne se croyait pas être un homme car il n’avait jamais fait l’amour encore, elle lui expliqua par A plus B qu’il l’était malgré tout. Lui donnant des tas d’exemples concrets autre que la sexualité en elle-même pour lui trouver qu’il était plus mature qu’il ne le pensait. « Je refuse d’être comme tous ces hommes que tu as connu pour vivre. Il n’y a pas que le sexe dans la vie. Je voulais apprendre à te connaitre mais aussi à t’aimer avant d’envisager qu’un jour nous puissions faire l’amour ensemble. Mais avec le temps, j’ai cru que finalement je ne t’intéressais pas alors je ne te disais rien sur mes sentiments pour pas que tu penses que je ne voulais que coucher avec toi ou que tu acceptes qu’on le fasse par pitié. » Il ne savait pas s’il avait été très clair mais bon tant pis. Saphir l’embrassa. « Il n’y a pas de raison que tu me perdes tu sais. » En haussant les épaules il rajouta sur le ton de l’humour. « Tu es la seule femme en plus de trente ans qui veut bien de moi, alors je n’ai pas envie de t’abandonner. Au contraire c’est toi qui risque de te lasser de moi à force. Même si tu dis que tu t’en fiches de quand on le fera pour la première fois, je ne veux pas que ça soit dans dix ans non plus. » Il se mordilla les lèvres en rougissant. Pacey rêvait de fonder une famille. Mais il ne savait pas si Saphir aimerait avoir un jour des enfants ou non.
Les choses redevinrent plus sérieuses entre les jeunes époux. Madame Garfield donna quelques conseils à son homme afin qu’il apprenne à mieux se concentrer sur l’action et non sur ses pensées. A force de se poser multiples questions, Pacey avait tendance à se mettre une pression d’enfer et du coup à ne pas top savoir où il en était.
Petit à petit, ils se retrouvèrent en tenue d’Adam et Eve. Et Saphir se pencha vers la table de chevet et sortit quelque chose du tiroir. Elle montra ce qu’elle avait dans les mains à son mari en lui demandant s’il souhaitait se protéger. Chose qu’elle faisait toujours lorsqu’elle était dans le monde de la prostitution. Le jeune homme prit la petite pochette dans laquelle était renfermé le fameux bout de latex. Il en avait légèrement entendu parler mais ne savait pas trop à quoi cela ressemblait. Il scruta l’objet sur toutes les coutures avant de lever le regard vers sa moitié. « Tu penses qu’on a vraiment besoin de ça ? » Il grimaçait rien qu’à l’idée de mettre ce truc-là. « Enfin je veux dire… Je n’ai encore jamais eu aucun rapport donc je ne peux pas être malade… Et puis… Je te fais confiance. » Il posa le condom à côté du lit. Il tomba rejoindre le reste des vêtements au sol. « Sauf si tu y tiens, je peux le ramasser. En revanche, je n’ai jamais mis ces trucs-là. Donc tu te débouilles pour le mettre. » Il se mit à rire timidement. Tout doucement, il commençait à prendre confiance en lui.
Bien installés sous la couette, l’ambiance se réchauffa davantage. Pacey suivit à la lettre les recommandations précédentes de sa compagne. Il perdit ainsi sa virginité. Mais l’acte en lui-même ne dura pas bien longtemps.
code par kusumitagraph'


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


Aimer et être aimé en retour est une règle absolue
"Le plus grand bien que vous puissiez faire à quelqu'un, ce n'est pas de partager vos richesses avec lui mais de lui révéler les siennes." - Benjamin Disraeli©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!





MessageSujet: Re: 109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!]

Revenir en haut Aller en bas
 

109 entrée de la ville| Because of you <3 Hony [+18ans!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Far From Any Road :: Welcome to Buffalo :: Neighborhood-
Sauter vers: