AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Kitty] get lucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

L. 'Whizz' Fenley
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Admin

◊ fields harvested : 554
◊ moving in to Buffalo : 29/07/2014


MessageSujet: [Kitty] get lucky Mer 3 Sep - 16:52

Kitty & Whizz

La fête foraine n'allait pas tarder à démarrer, on entendait plus que ça dans la rue, entre les vieux de la vieille qui se concertaient en essayant de deviner ce que le maire et le shérif avaient pu leur réserver cette année, en partant du principe qu'ils se disaient déçus par avance, et les plus jeunes qui tentaient désespérément de voir l'avancée des travaux en sautant par-dessus les barrières. C'était l'effervescence dans Buffalo qui, en plus d'accueillir l'événement, voyait son nombre d'habitants augmenter au fur et à mesure que les touristes affluaient. Concrètement ça ne changeait pas grand chose pour les habitués, ils continuaient leurs besognes afin que tout soit prêt pour l'ouverture des portes, mais dans le fond il y avait tout de même de sacrés inconvénients ; on leur demandait de travailler plus vite, d'accélérer la cadence dans le ferrage des chevaux, dans le montage des palissades pour la contre-piste de l'arène. Cette année ce ne serait pas celle des Fenley qui serait utilisée, et on en était fort déçu dans les rangs de la famille, ni celle des Kelsey. On avait décidé d'en monter une, que l'on démantèlerait à la fin de la fête pour la réutiliser l'année suivante. Apparemment le maire ne souhaitait pas que les fermes des deux clans ennemis soient compris dans les limites du terrain de la fête, surement pour éviter les problèmes que cela avait engendré les fois précédentes. On râlait bien sûr, se sentant lésé, mais au moins chacun boudait dans son coin et les conflits se faisaient plus rare. Le calme avant la tempête, ce qui satisfaisait les plus idéalistes, contrairement aux réalistes qui comprenaient bien que ce n'était surement qu'une accalmie de courte durée et qu'une fois les esprits échauffés par la bière, coulant parfois à flot pendant la fête, les disputes reprendraient. Malgré tout on en profitait et Whizz devait bien admettre que c'était surement la première fois, en vingt-six années qu'il vivait là, que les rues étaient paisibles - et ce malgré l'amas de gens se pressant partout - et propres. A croire qu'il s'agissait de l'événement de la dernière chance, que si cette année ça ne marchait pas il n'y en aurait plus d'autres. On les comprenait aisément, ces propres acharnés de la mairie, qui devait réparer les pots cassés chaque fois qu'un Fenley allait tâter un Kelsey pour le faire sortir de ses gonds, et inversement proportionnel. Même Lawrence semblait s'être apaisé depuis quelques jours, réduisant considérablement ses invasions chez ses voisins pour y mettre le bazar; il ne semblait plus partager son temps qu'entre le travail sur la ferme et chez Galilée et ses retrouvailles avec Sky et Leo à la maison. Une routine dont il avait surement besoin pour ne pas s'éparpiller et, surtout, pour éviter de croiser des personnes qui mettraient certainement à mal ses tentatives de self-control. Il devenait mature, ou alors il tentait de le devenir, mais dans tout les cas il paraissait être en bonne voie.
À ses yeux cela venait sans doute du fait que Sky commençait à se trouver des activités en-dehors de la ferme, même s'il n'était pas encore bien certain de saisir la relation de son meilleur ami avec Manny, mais il restait persuadé que ces deux-là iraient bientôt courir dans les champs mais pas forcément pour la récolte. Ça le faisait sourire, un bon moyen pour le dérider lui devenu si sérieux, mais cela le perturbait aussi un peu; au final il comprenait à quel point il s'était accroché à Sky depuis son accident, et désormais que le jeune homme devenait autonome et se construisait une parcelle de vie où Whizz n'avait pas forcément la première place, il se sentait un peu vide. C'était idiot il le savait bien mais apparemment il ne pouvait s'empêcher de trouver une certaine injustice dans le fait que finalement, Sky n'était pas si dépendant de lui. Alors pour combler ce manque, et parce qu'il lui était encore impossible de retourner voir Trish pour dire autre chose que des choses blessantes - qui ne lui ressemblaient tellement pas -, il reprenait contact avec ses vieux copains de l'école, toujours à l'affût du dernier truc à faire dans le coin.

Et ça n'avait pas loupé. En attendant l'ouverture de la fête foraine, des jeunes avaient réservé la salle des fêtes pour une soirée entre eux et, évidemment, les copains de Whizz en avait eu vent. Ils étaient un peu plus vieux que la moitié des adolescents rassemblés dans la salle, mais cela n'avait pas empêché les garçons de convaincre le Fenley; l'argument selon lequel cela le divertirait l'avait laissé un peu de glace mais il avait fini par céder. Que risquait-il? Il avait perdu un oeil, les probabilités pour qu'il en perde le second étaient tout de même minuscules. De plus, on leur avait parlé de porter des masques, un avantage pour lui qui, en se regardant dans le miroir, se satisfait de son apparence: le masque ne couvrait que ses yeux, s'arrêtant à son nez et par quelques talents de couturiers, sa mère lui ayant appris les bases, il avait cousu un petit tissu opaque sur le trou de gauche pour cacher son oeil invalide et on ne voyait que son oeil droit à travers la découpe, d'un bleu toujours aussi éclatant. Malgré la tentative de Sky de lui refiler sa tenue de cowboy imitation Barbie, Whizz s'était contenté de garder sa chemise à carreau sur le dos et son jean; il sortait pour s'éclater pas pour un défilé stupide pour mannequins décérébrés. Pour la première fois depuis le début de l'année, il se sentait enfin la tête hors de l'eau et il fallait admettre que c'était une sensation délicieuse, même s'il n'était pas convaincu que ce soit la simple optique de sortir qui le réjouissait. Il reprenait du poil de la bête et même s'il ignorait pour combien de temps, il en profitait autant que possible.
"A d'main les enfants, faites pas d'bêtises!" La voix de Leo lui avait chatouiller les tympans alors qu'il lui rétorquait une insulte sur le ton de l'humour, quant à Sky il n'était visiblement pas encore revenu, Whizz ayant terminé sa journée à la ferme avant lui. Il baissa un peu le regard et claqua la porte. L'air de rien il avait la sale impression qu'en vivant ensemble, lui et son meilleur ami se voyaient moins, et ce paradoxe ne lui plaisait pas vraiment. Tant pis. Haussement d'épaules et sifflement s'échappant des lèvres, il rejoignit ses copains à la sortie de sa ferme pour grimper derrière un de ses amis, sur la mobilette, et ils ne tardèrent pas à arriver à la salle des fêtes devant laquelle ils restèrent un moment sans bouger. Des Kelsey. Ils avaient sans doute eu la même idée. Loin de vouloir se démonter ou contrarier ses plans, Whizz surprit ses amis en descendant du véhicule pour finalement franchir les portes, les autres le suivant après concertation. La soirée se passerait surement bien, après tout tout le monde était invité, ils auraient du s'attendre à voir les Kelsey s'inviter aussi.

La musique trancha avec celle que le saloon proposait, où que les radios crachaient d'ordinaire, et le borgne observa les jeunes danser, ou plutôt se dandiner, sur l'espace qu'offrait la grande salle. Ce n'était clairement pas son genre d'ambiance, ça ressemblait trop à un bal de promo improvisé, mais il n'était pas homme à se démonter pour si peu. Il n'était pas là depuis plus de six minutes qu'il tenait déjà une bière, qu'il manqua de recracher en sentant qu'elle était sans alcool, qu'il sirotait en grimaçant. Il n'aimait pas boire mais quand même, il avait ses limites. Observant ses amis se mêler à la petite foule, Whizz recula dans le but de s'appuyer au mur mais calcula mal la distance et sentit quelque chose, ou plutôt quelqu'un se cogner dans son dos. Lentement, sans se presser comme toujours, le Fenley se tourna en replaçant correctement son masque sur ses yeux et baissa le nez vers la petite blonde qui venait de se heurter à lui. Il la connaissait, il le savait, mais sur l'instant il ne fut pas certain de pouvoir donner son nom. Elle trainait régulièrement avec Dell et Roxy, et plusieurs fois en la croisant ses potes à lui s'étaient amusés à lui raconter n'importe quoi, sous-entendant que la fillette en était dingue. Ça le faisait rire, un peu. Plissant les yeux il claqua des doigts quand son prénom lui revint en tête mais se contenta de poser une main sur son épaule. "Ça va, je t'ai pas fait mal?" peu expansif, comme à son habitude mais chassez le naturel, il revient au galop.
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

— Say something I'm giving up on you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Katherine L. Miller
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 207
◊ moving in to Buffalo : 23/08/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Ven 5 Sep - 17:52

Get Lucky !
ft. Whizz & Stalker.
La fête foraine. La fête foraine de Buffalo ressemblait totalement à un attrape-touriste ou en ce qui concernait Katherine, une bonne raison de mettre à place ces plans de bataille contre les Kelsey. Elle savait que, de leur côté, ils ne se gênaient pas d'en faire autant s'ils ne sont pas occupés à préparer leur mariage arrangé entre eux. Elle pensait réellement qu'elle n'était pas du tout prête à suivre l'indifférence que faisait preuve son grand frère envers eux et on pouvait être sûr que c'était une source de conflit entre lui et Kitty. Néanmoins, cette année allait devenir une nouveauté. Ils avaient décidé – Le Sheriff et le Maire – de n'inclure aucune partie des fermes afin d'éviter le conflit entre les deux fermes. Comme beaucoup des habitants du village de Buffalo, ce n'était qu'une mascarade ou le meilleur moyen de repousser la pire des batailles. Elle n'avait pas l'impression d'être plus coupable qu'un autre, ses actes étaient justifiées et appréciées par ses parents. Sa mère n'avait pas été trop exubérante quant à son inimitié envers la famille Kelsey. En revanche son père, il n'avait pas avec elle par le dos de la cuiller en la poussant à mettre en exécution son côté obscure.


Ce n'était pas difficile pour Katherine de mettre en situation ses plans même si en ce moment, elle ressentait un petit coup de blues. Elle n'arrivait pas à accepter sa défaite envers Whizz qui ne semblait toujours pas vouloir se rendre compte qu'elle existait. Malgré tout les efforts qu'elle se donnait, il continuait à être aveugle ou ne s'intéressait tout bonnement pas à elle. Etait-ce le fait qu'elle avait sept ans d'écart avec lui ? Qu'il la trouvait trop gamine pour qu'il pensait à elle comme d'une jeune femme de vingt ans qui en pinçait pour lui depuis des années. Elle ne savait pas comment expliquer son acharnement qui virait presque à une obsession. Heureusement, elle n'en parlait pas vraiment ou elle ne parlait du tout d'elle parce que tout le monde venait se confier à elle sans jamais faire attention à ce qu'elle ressentait, ou voulait. Pacey avait été le seul qui avait ce pouvoir sur elle, de la faire se sentir libre de penser, de parler et d'écouter tout à la fois. Maintenant que son père avait gâché sa plus belle amitié, elle n'avait plus personne à qui se confier tout en ayant pas la crainte que ce soit un jour répété et déformé outre mesure. Elle mourrait d'envie qu'un jour, cette épisode de sa vie disparaisse d'un coup de baguette magique. Le plus tragique dans cette histoire, c'était que son père avait déjà tourné la page, elle le sentait surtout lorsqu'elle le voyait discuter sérieusement avec l'un des patriarches Fenley.


Carolane avait contacté plusieurs fois Kitty par téléphone néanmoins, son père n'était jamais loin pour écouter ou surveiller les fréquentations de sa fille. Au bout d'une dizaine de coup de téléphone dans le vide, ils avaient cessé et elle avait prié pour qu'elle comprenne que je ne pouvais plus lui parler publiquement. Il n'y avait personne qui pouvait faire le pigeon voyageur sans que ça ne revienne à l'oreille de son paternel. Même son frère l'aurait envoyé baladé en disant qu'elle était ridicule de jouer à ce jeu à son age. Peut-être était-elle un peu trop craintive d'éveiller la colère suprême de son père néanmoins, elle ne voulait pas non plus que Kévin le pense. L'histoire d'Aïdan lui restait toujours à l'esprit et ce, à chaque fois qu'elle voyait son père se mettre en colère et elle ne comprenait pas le rapport. Depuis le soir où elle avait embrassé Pacey dans sa chambre, elle évitait d'y penser sans avoir de la peine car elle ne ressentait résolument rien pour lui. Ce dernier l'avait comprit alors la jeune fille n'était pas revenue chez lui.


Perchée sur le rebord de sa fenêtre, elle entendit une voiture s'arrêter un peu plus bas, d'une marque qu'elle ne connaissait pas à Buffalo. Une jeune fille blonde en sortit du côté passager et elle grimpa à sa fenêtre comme si elle avait fait ça toute sa vie. Carolane refaisait subitement surface, devant elle, avec une aisance incroyable. Elle lui souriait et Katherine sentit comme une sorte de nervosité lorsqu'elle commença à lui parler : « Kitty, faut qu'on parle et vu que tu ne répondais pas au téléphone... » Elle resta droite même si elle se refusait de la rejeter. Revoir Carolane lui faisait étrangement du bien comme une sorte de baume au cœur. « Que fais-tu, ici ? Tu n'es plus la bienvenue.. » lâcha Kitty mécaniquement, pour rappeler la traitrise de cette dernière. « Non, je sais mais j'ose espérer que tu veuilles bien m'écouter. Je quitte Buffalo, ce soir. » Kitty resta muette de surprise. Elle avait entendu parler – allez savoir comment, que son père n'avait pas arrêté d'être sur le dos de la jeune fille depuis son « humiliante » esclandre sur la place principale de Buffalo. La battant à coup de ceinture et que sa mère ne lui adressait plus la parole depuis sont coming out public. Katherine n'avait pas osé se mettre en porte à faux avec son père alors elle avait fait la morte et avec tout ce qu'il lui était arrivé ces derniers temps, elle n'y avait plus pensé. En revanche, cette réapparition inopinée et cette révélation l'avaient à la fois surprise mais pas du tout en fait. Elle savait que Carolane n'était pas du genre à se laisser appeler victime trop longtemps d'autant qu'elle n'aurait jamais pensé qu'elle tiendrait au courant Kitty de ses projets. « Comment ça, tu t'en vas ? » demanda Kitty en ramenant ses genoux contre sa poitrine, fermant le journal qu'elle entretenait régulièrement. Caro la regardait en prenant un air tout à la fois sympathique et sérieux. « Oui, mais avant je voulais m'excuser pour les problèmes que je t'ai causé par ma bêtise. J'ai été aveuglé par les sentiments que je pensais avoir pour toi. Je tenais vraiment à ce que tu le saches avant que je ne disparaisse de Buffalo. » La plus jeune regardait la plus âgée dans les yeux et dire que Katherine se sentait responsable et coupable de la souffrance de son amie, elle se rendit compte que Carolane aussi ressentait la même chose. « Disons que je n'ai pas eu le même châtiment que toi. Je ne suis pas la plus à plaindre... » Tout d'abord, Caro resta muette de stupéfaction, surprise que Kitty soit au courant de la maltraitance de ses parents mais très vite, elle réalisa qu'elle faisait face à la personne « qui-savait-tout » de Buffalo. « Je ne sais pas comment tu fais ça mais tu devrais devenir Detective ou je ne sais pas, enquêteur... Tu as pensé à entre au FBI.. Un truc de ce genre.. » Carolane secoua la tête de droite à gauche, désabusée par la capacité de Kitty de tout savoir. « Mais il n'y a pas que cela, Kitty mais aussi parce que j'ai rencontré quelqu'un qui peut m'aider à m'en sortir et à m'épanouir telle que je suis. Elle s'appelle Susan. » Carolane commença alors son récit, sa rencontre via des forums internet, puis le coup de foudre qu'elle vivait avec cette Susan qui l'attendait dans sa voiture. Leur histoire d'amour, la révélation que Caro s'était faite sur sa vie alors qu'elle pouvait en vivre une autre : « Je n'ai qu'une seule vie, Kitty et je ne veux pas la gâcher dans les bras d'un homme que mon père m'aura choisi. Je ne suis pas comme ça, j'aime les femmes, une femme et c'est Susan. » Sa déclaration aurait pu ricocher en Kitty mais au contraire, elle se voyait clairement dans la même situation que cette dernière, sauf qu'elle n'était pas lesbienne et qu'en retour, personne ne l'aimait comme pouvait l'aimer Susan. « Mais alors, tu quittes Buffalo mais tes parents ont accepté que tu t'en ailles ? » Carolane rigola : « Ton père a vraiment réussi à t'embrouiller la tête. Sors de ces années 60 où les parents doivent à tout pris décidé de ta vie. Je suis majeur et j'ai envie de prendre des risques sans l'aval de mes parents et c'est ce que je compte faire ce soir. Viens, je vais passer dire au revoir à des amis, il y a une soirée dans la salle des fêtes. Une bonne raison pour qu'on se retrouve toute les deux et que je te présente Susan avant mon départ. S'il te plait, Kitty. Ne me laisse pas tomber, j'ai besoin de ton œil de lynx pour me dire si je ne fais pas fausse route avec Susan. »


Katherine ne s'était finalement pas fait prier. Elle avait comprit que son amie avait besoin d'elle et surtout, d'un autre côté plus personnel, elle avait besoin de sortir et voir autre chose que sa chambre. Elle était reconnue pour ce don de clairvoyance mais elle parlait peu de cet habitude de sonder les gens. Ils devinaient tous en bien ou en mal mais seulement Carolane était au courant. Elle ne savait pas pourquoi elle lui avait avoué ça mais elle s'était justifiée en pensant que c'était la mort d'Aïdan qui lui avait fait baisser sa garde. Peu de personne peuvent se créer une identité comme celle de Kitty et à vrai dire, elle ne s'en vantait néanmoins, si elle pouvait aider son amie pour qu'elle entreprenne sa nouvelle vie, elle n'aurai jamais dit non. Rapidement, elle s'était habillée d'une jupe noir plissé cachant ses petites jambes dans un collant noir, et ses pieds dans des sandales noir avec un talon d'environ sept centimètres. Pour le haut, elle avait hésité pendant plusieurs minutes pour ensuite choisir un t-shirt moulant rouge satin avec des rayures noir à manches longues. Elle laissait ses long cheveux ondulé encadré son visage en cascade et redonna une touche à son maquillage habituelle. Se sentant prête et présentable pour la soirée, elle se dévisagea devant son miroir sur pied puis, sortie par la fenêtre, ses chaussures à la main. Elle sentit une adrénaline surprenante monter en elle en sortant sans prévenir ses parents, ça lui donnait même le sourire.


Katherine avait entendu parlé de la soirée à la salle des fêtes. C'était une mise en bouche pour la foire et vu qu'elle ne portait pas tout le monde dans son cœur, elle avait préféré rester chez elle, au calme. Susan l'attendait sur le capot de sa voiture, une cigarette à la bouche et les cheveux retenu en chignon défait. Il n'y avait rien d'anormal à part un look plutôt garçonnet mais elle restait féminine dans sa façon de se tenir. Sa dégaine ne plaisait pas à Kitty mais lorsqu'elle descendit de sa voiture pour venir la saluer, elle fut soulagée. La voix de Susan était douce et sincère. Son regard moins froid qu'au moment où elle était arrivée : « Bonsoir, Lola m'a beaucoup parlé de toi. Je m'appelle Susan. » Kitty prit la main de que Susan lui tendait en répondant : « Bonsoir, je n'ai pas eu cette chance mais enchantée, Katherine mais tout le monde m'appelle Kitty ! » Puis elle se tourna vers Carolane : « Lola ? » Elle vit son amie rougir en baissant la tête : « C'était mon surnom sur le forum, Lola et Susy pour Susan, du coup c'est resté ! » Kitty hocha la tête et observa Susan à l'en dérober : « Je suis ravie de te rencontrer Susan. »


Elles prirent la route vers le centre-ville et étrangement, le courant passa très bien au plus grand bonheur de Katherine qui fut très heureuse de voir son amie épanouie. Elle était tout simplement contente de sortir de nouveau avec Carolane et de retrouver sa bonne humeur et cette sensation de bien être à ses côtés. Le plus terrible c'était de se dire que c'était sa dernière soirée avec elle. Arrivée sur place, les trois jeunes filles avançèrent d'un seul et même pas vers les portes grandes ouverte de la salle des fêtes en riant, racontant comment elles s'étaient parlées pour la première fois, comment elles avaient réagit lorsqu'elles ont entendu leur voix pour la première fois. Tout cela donnait à Kitty l'envie de vivre cela et elle ne s'était pas gênée pour le dire. Une fois à l'intérieur la fête battait son plein et par-dessus le brouhaha de conversation il y avait une musique assez sympas. Elle se dirigèrent vers le buffet, histoire de se prendre un verre. Katherine avait prit un verre de punch pour se joindre à elles même si elle n'avait pas pour habitude de boire. Elle avait tellement de secret à garder qu'elle ne savait pas si elle pourrait un jour, se laisser aller, au moins une fois. Les conversations fusèrent entre elles et le temps passa à un vitesse incroyable surtout lorsqu'elle vit Susan prendre la main de Carolane pour l'inviter à danser devant tout le monde, sur leur musique préférée.


Katherine était restée au buffet, les regardant prouvé fièrement leur amour sincère devant tout le monde. Au début, elle avait vu des regards de dégoût, d'horreur ou même de pitié pour certain. D'autres qui avaient été présent lorsque Carolane avait crié son amour pour Kitty et qui lui envoyait des regards insistant. Elle n'y répondait qu'en regard franc du genre : « tu-veux-ma-photo- ? » et se resservit un verre de punch. Il était doux et sucré, un vrai petit lait qu'elle aurait pu boire jusqu'à plus soif jusqu'à ce qu'on la bouscula. Lorsqu'elle s'était retournée, elle reconnu le dos du seul et unique Lawrence Whizz Fenley. Son cœur manqua un battement d'autant qu'il se retourna avec une biere sans alcool à la main. Il semblait avoir du mal à la reconnaître alors qu'ils avaient grandit dans la même ville depuis leur naissance. Certes, il ne lui avait jamais porté le moindre intérêt alors qu'elle lui courait après depuis qu'elle savait marcher et courir, qui plus est. Finalement, il lui demanda si il ne lui avait pas de mal en la bousculant ne posant sa main sur son épaule. PREMIER CONTACT PHYSIQUE ET PERSONNE POUR LE VOIR, c'est vraiment pô juste... Alors elle garda son air désintéressée et rétorqua : « Salut, Lawrence ! Non, tout va bien. Mes vêtements ont été épargné... » déclara t-elle en vérifiant tout de même puis elle releva les yeux vers lui et sur sa bière : « Hey, je ne suis pas une amatrice des boissons alcoolisées mais entre nous, quitte à boire de la pisse autant en boire avec de l'alcool pour oublier que t'en boit sinon, prends du coca... Ce serai meilleur, non ? »


Elle porta son verre à sa bouche pour boire une gorgée du liquide rose et lui souriait. Elle n'avait encore jamais pu lui adresser une phrase complète sans bégayer. C'était une victoire pour Katherine qui se tenait face à lui et prête à essuyer un nouvel échec cuisant.
© BANGERZ


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


+ Come As You Are
Tu me dis que c'est la fin ? Moi je pense plutôt que c'était le début de tout. C'est en m'apercevant de cela que je me suis décidé à te récupérer, quelque soit la façon de le faire. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

L. 'Whizz' Fenley
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Admin

◊ fields harvested : 554
◊ moving in to Buffalo : 29/07/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Mar 9 Sep - 12:19

Kitty & Whizz

Il avait beau répéter le contraire, Whizz n'était finalement pas aussi attentif qu'il voulait bien se le faire croire, et ce depuis son plus jeune âge. C'était pas forcément conscient, ça venait juste d'une incapacité totale à s'intéresser plus de trois secondes à la même personne ou tout simplement à son entourage, sans qu'on sache vraiment d'où ça lui venait avec précision. Pour lui c'était certainement du au fait d'avoir grandi avec trois frères, d'avoir du partager le temps de leurs parents entre chacun de leurs caprices. C'était surement ça qui l'avait poussé à se faire plus discret, plus indépendant dès qu'il avait été en âge de marcher sans l'aide de personne et de porter autre chose que des couches-culottes qu'à même pas un an il osait déjà plus salir en faisant ses besoins - il avait chopé une sacré constipation à force, cet idiot. C'était pas méchant, cette habitude de peu s'occuper des autres, ni même le résultat de ses élans d'égocentrisme, c'était seulement sa manière à lui de prouver à qui voulait le voir qu'il était capable de s'occuper de lui-même, de vivre tout seul, de grandir sans les sermons de sa mère et la protection maladive de son père. C'était ce qui constituait sa plus grande force, de savoir que si du jour au lendemain ses parents venaient à disparaître, il serait surement le seul des quatre fils à pouvoir se débrouiller sans trop se casser la gueule. Mais c'était aussi son plus gros défaut puisqu'à cause de ça, de ce détachement frôlant l'insolence, il en oubliait de s'intéresser un minimum aux gens qui l'entouraient et il manquait beaucoup de choses. S'il connaissait les dates de naissance de ses frangins, ce qui était déjà pas mal, il ne connaissait rien d'important sur eux; leurs goûts, ce qui les faisait sourire, ce qui les rendait triste, ce qui les faisait rêver. C'était un triste constat mais Whizz semblait immunisé contre le chagrin que la réalité pouvait provoquer chez certains. Il assumait totalement quand bien même cela risquait de changer s'il finissait par apprendre ce qu'il avait manqué ou ignoré en se détachant de tout, concernant les membres de sa famille. Au fond c'était peut être des excuses qu'il se donnait pour expliquer qu'il n'avait que très peu d'intérêt pour les autres, sauf Sky qui semblait réussir à attirer son attention plus longtemps, tout simplement parce qu'au final il avait fini par se dire, plus jeune, qu'à Buffalo tout le monde se ressemblait, que parce qu'ils vivaient tous dans la même ville, faisaient les mêmes jobs de père en fils depuis des générations, ils avaient forcément tous les mêmes problèmes et que donc en connaissant celui de X il était certain de connaître celui de Y. On comprenait mieux qu'il ne travaille qu'entouré d'animaux qui eux, au moins, ne l'emmerdaient pas pour un oui ou non et se montraient d'une loyauté réellement à toute épreuve. Ça expliquait aussi surement qu'il se soit autant emporté dans cette histoire avec Trish, qu'il se soit autant donné sans pour autant l'exprimer, parce qu'elle représentait l'extérieur, le monde, la nouveauté, la fraîcheur et l'excitation de la nouveauté. Sauf qu'il fallait se faire une raison: il revenait toujours à son quotidien, sa monotonie, une fois l'exaltation passée pour laisser place à la lassitude. De toute manière Lawrence ne se faisait aucune illusion concernant sa vie, il n'était pas un de ces personnages de romans dont il se nourrissait tous les jours, ni de ces films dont il n'entendait parler que quand ils passaient, chose rare, sur les chaines de télé que le vieux poste qu'ils possédaient à la collocation arrivait à capter, et quand ils battaient pas pour regarder chacun leur programme.

Oui, Whizz n'était définitivement pas le type le plus amusant du coin, et pourtant il avait décidé de faire un effort ce soir-là et même de se parer de son plus beau sourire, oubliant même de vérifier que son masque caché bien son oeil meurtri comme il avait l'habitude de faire. Ce soir, de toute manière, tout le monde le connaissait, tout le monde était au courant de l'altercation dans le bois et des retombées - les nouvelles se dispersant dans le vent comme une trainée de poudre - il n'avait donc pas forcément à jouer la comédie ou se cacher derrière des artifices. Même si avec sa bière sans alcool il semblait se donner l'air du type raisonnable qui refusait de perdre le contrôle de ses pensées, actes et paroles. Il n'aimait pas l'alcool pour ces raisons - enfin il lui arrivait de fumer des joints qui avaient tout de même à peu près le même effet - mais il n'était pas un hérétique capable de se siffler de la pisse, imitation bière, seulement pour faire comprendre qu'il était un type bien. Il était loin de l'être de toute manière, et il ne se cachait pas. Il était loin des standards et des gens bien comme il faut. La preuve sous ses yeux. katherine. En réalité il la connaissait, même bien sans dire non plus qu'il savait tout d'elle, et pas seulement parce que son père tenait la boutique de friandises dans laquelle Whizz et ses frères avaient fait nombre de raids dans leur enfance dès qu'on leur autorisait à dépenser quelques pièces. Pas seulement non plus parce qu'elle suivait souvent Adelaide et Roxanne, et que fatalement il lui était arrivée de le suivre lui aussi. Il la connaissait parce qu'a un époque, courte certes, il avait fini par poser son regard sur elle en réalisant qu'elle n'était plus cette gosse dont les parents vendaient des bonbons, parce qu'en l'observant un jour il avait fini par comprendre le mystère de l'évolution féminine; ce n'était pas seulement physique, c'était aussi dans l'éclat du regard et il avait bien, une fois ou deux, surprit un regard de sa part sur lui qui l'avait fait se sentir étrange. C'était flatteur, oui, mais pas que. Mais avec sa capacité à comprendre les tenants et les aboutissants des émotions, Whizz ne s'était pas plus attardé et puis, surtout, Trish était entrée dans le tableau pour chambouler le décor et mélanger les couleurs. Ce soir, pourtant, elle n'était pas là. Il était tout seul avec sa bière immonde, qui ne méritait pas le nom de bière, et Kitty. Frissons étrange, un brin désagréable. Lawrence. C'était si rare qu'on l'appelle ainsi qu'il en venait à oublier qu'il s'agissait de son prénom d'origine, il se contentant malgré tout de sourire légèrement. "Tant mieux, ça m'aurait ennuyé de tâcher ta jolie tenue, il avala une gorgé en grimaçant au goût avant de terminer sa phrase sur un ton amusé, Katherine."

Baissant le regard vers la bouteille qu'il continuait de tenir d'une main presque trop ferme, pour un type qui avait l'air de clairement détester ce qu'il se mettait dans le gosier, Whizz sourit d'un air affligé avant de reposer son regard bleu sur Kitty. "J'ai pas regardé ce que je prenais aussi. M'enfin de base, quelle idée de merde d'foutre des boisons non-alcoolisées à côté des vraies boissons," il semblait perdre peu à peu de cette froideur qui l'aidait à mettre de la distance avec les autres en général, la preuve par le fait qu'il parlait un peu plus que d'ordinaire. Jetant un oeil vers l'entrée, pour voir que les Kelsey y trainaient toujours, il vérifia que ses copains étaient toujours sagement en train de danser avec des filles au milieu, et il soupira avant de détourner le regard vers la table puis vers la jeune fille. "Tu m'accompagnes? Je pourrais avoir besoin de ton regard acéré pour m'éviter de reprendre un truc aussi dégueulasse. À moins qu'on ait besoin de toi ailleurs." C'était bien la première fois dans sa vie qu'il lui parlait autant, qu'ils se retrouvaient seul l'un face à l'autre surtout, ou alors il ne s'en souvenait pas parce qu'il avait la capacité à virer de sa mémoire tout ce qu'il considérait comme étant un souvenir peu utile, sans que cela ne soit péjoratif dans son esprit. Il finit tout de même par baisser le bras, pour s'éviter à boire une nouvelle gorgée. "au fait comment ça va? J'aime pas me mêler de ce qui me regarde pas mais j'ai cru entendre une histoire de mariage arrangé.." Et comme toujours, le ton qu'il employait était tant une invitation à se confier qu'à faire l'exacte opposé, parce qu'il était ainsi Whizz; il laissait toujours le choix, sans forcer. De toute manière il était déjà tourné vers la table des boissons, essayant de repérer ce qui l'intéressait.
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

— Say something I'm giving up on you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Katherine L. Miller
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 207
◊ moving in to Buffalo : 23/08/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Sam 13 Sep - 13:47

Get Lucky !
ft. Whizz & Stalker.

Personne pourra jamais vraiment savoir ce qui se passe dans la tête de Katherine au même moment où elle entend pour la première fois depuis longtemps, son amour d'enfance l'appeler par son prénom. Cela pourrait semblait complètement débile comme réflexions mais lorsqu'on y réfléchissait plus sérieusement, personne ne le faisait vraiment. Tout le monde l'appelait par ses surnoms, Kitty, Katty, Stalker pour les plus rageur ou ses ennemies jurés, pour faire simple. Dans tout les cas, personne ne s'aventurait à l'appeler par son prénom en entier car elle le détestait, elle ne le supportait pas dans la bouche de quelqu'un et pourtant, dans celle de Whizz, son prénom résonnait autrement. Néanmoins, elle s'étouffa en buvant la fin de son verre. Elle avait du mal à rester lucide en sa présence. D'autant qu'ils ne s'étaient jamais vraiment retrouvées seuls à une soirée. Une chance mais aussi une catastrophe pour Kitty qui se rappelait de la promesse qu'elle avait faite à Pacey quelques jours plus tôt. Elle lui avait promis de tout dire à Whizz mais avec tout ce monde, cette musique et l'ambiance qui régnait un peu partout, elle n'avait vraiment pas le courage.  

Lorsqu'elle s'était reprit, elle remarqua qu'elle avait posé sa main sur son bras pour se soutenir. « Je vais bien, c'est que je ne savais pas que tu connaissais jusqu'à mon prénom entier. » Elle ne pouvait pas s'empêcher de rire et retira sa main, gênée.

Whizz se plaignait de la mauvaise organisation de la table et Kitty ne pouvait qu'acquiescer. Bien qu'elle ne buvait pas énormément, qu'à de rares occasions, elle aimait de temps en temps boire quelque chose de bon mais sans plus. Tout comme lui, elle n'aurait jamais pris le risque de boire quelque chose aussi dégueulasse que cette bière sans alcool : « Peut-être que l'organisation n'est pas au top seulement il n'y a pas que des vieux os ici, il y en a encore qui apprend à marcher et à écrire.. » dit-elle en pointant certaines filles qui avaient surement un peu trop bu. Elle se tourna de nouveau vers lui et ne cessait de voir des choses nouvelles qu'elle n'avait pas remarqué avant. Même s'il cachait son œil depuis ce qui s'était passé dans les bois, elle le trouvait que plus séduisant. Il avait ce charme auquel aucune fille ne pouvait résister. Elle n'arrivait pas à croire qu'avec ce charisme, cet homme pouvait être encore célibataire ou qu'il s'enterre dans une relation qui n'allait pas bien loin.

Certes Kitty se mêlait peut-être des choses qui ne la regardait pas mais lorsque ça concernait son propre bien être, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle suivit son regard vers les Kelsey et elle pouvait ressentir la même haine qui visait envers eux mais pour elle n'en faisait rien par respect de son amie qui profitait grandement de la soirée, déjà bien pompette. Elle espérait qu'elles resteraient encore cette nuit pour ne pas mettre leur vie en danger. Elle les empêcherait au mieux qu'elle pourrait.

Elle s'esclaffa. « Mon regard acérée, tu plaisantes j'espère ? Tu dois en savoir plus que moi là-dedans.. » Elle pensa qu'il avait du voir son regard un peu trop insistant sur son amie, Carolane mais elle secoua vivement la tête de droite à gauche : « Mais je veux bien en apprendre davantage avec toi, si tu veux bien ? » Elle le suivit sans ajouter quoique ce soit, trop heureuse qui demandait à avoir un peu de sa compagnie. Elle aurait fait n'importe quoi pour avoir ce genre d'attention, maintenant que cela arrivait enfin, elle voulait en profiter. Surtout que la voix de Pacey résonnait dans sa tête en lui rappelant sa promesse.

Pour fêter cet événement qu'elle avait tant attendu, elle se resservi un verre de punch en lui demandant : « Que veux-tu boire sinon ? » lui demanda t-elle en lui prenant la bière sans alcool des mains et en attendant qu'il lui réponde, elle se tenait prête. Une fois servi, Kitty prit son verre à la main et ne bu une gorgée quand soudain, elle l'entendit lui poser une question. C'était étrange, elle savait qu'il ne pouvait qu'être au courant et pourtant, c'était bien la dernière personne avec laquelle elle avait envie d'en parler.  

Elle tapota ses doigts sur son verre en cherchant quelque chose à dire de directe mais rien ne lui venait. Dans son regard, elle sentait bien qu'elle n'était pas obligée de répondre mais au fond d'elle, c'était peut-être la meilleure chose à faire. « Ce n'est pas facile à gérer. Mon père ne m'en avait absolument rien dit et Pacey n'était pas au courant. Je n'ai pas pu accepter ça et il a été très compréhensif. Il a refusé la requête de mon père mais j'ai l'impression que ce dernier n'est pas prêt à abandonner maintenant. D'ailleurs, je ne comprends pas cette soudaine obsession de vouloir me marier à tout prix à Pacey. Il est gentil, honnête mais... »

Elle prit une profonde inspiration et sous cette confidence, elle finit par dire : « Il n'est pas la personne que j'aime vraiment. »

© BANGERZ


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


+ Come As You Are
Tu me dis que c'est la fin ? Moi je pense plutôt que c'était le début de tout. C'est en m'apercevant de cela que je me suis décidé à te récupérer, quelque soit la façon de le faire. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

L. 'Whizz' Fenley
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Admin

◊ fields harvested : 554
◊ moving in to Buffalo : 29/07/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Sam 13 Sep - 15:58

Kitty & Whizz

La main sur son bras ne le fit pas réagir dans l'immédiat et ce même si, par réflexe, il avait tendu l'avant-bras en contractant le muscle pour lui offrir un soutien plus stable. En revanche il capta aisément les regards interloqués sur sa personne, sans forcément saisir de quoi il en retournait, bien qu'il devait avoir un début d'idée en tête. Depuis son plus jeune Whizz avait démontré un désintérêt total pour tout ce qui était événements forçant les interactions sociales, on ne doutait plus en le voyant à la fête foraine qu'il ne devait sa seule présence qu'au chantage de sa mère pour le faire sortir de son trou, et les contacts avec les autres. Sky était l'exception confirmant la règle. C'était donc déjà assez surprenant de le voir dans la salle des fêtes à cet instant, quand il aurait normalement eu tendance à se planter dehors en attendant que ses copains finissent de flirter avec toutes les filles de la pièce - dans l'unique but de repartir avec l'une d'elles -, mais c'était d'autant plus incroyable qu'il se montrait proche de Katherine Miller, dont la réputation de pot de colle de sa cousine n'était plus à faire. Nul doute que les moins imbibés étaient déjà en train de se chuchoter quelques ragots qui, dès le lendemain, chemineraient le long des trottoirs passant de bouches à oreilles jusqu'à arriver aux principaux intéressés; une chance que Lawrence fut hermétique à toutes ces sottises qui faisaient fureur dans le quotidien des habitants qui s'ennuyaient le plus. Son oeil valide se posa donc quelques secondes sur les têtes qui s'étaient tournés vers eux et en haussant les épaules, d'un air peu intrigué, il reporta son attention sur la jeune fille devant lui et, fatalement, sur la main agrippée à son bras, la chaleur de sa paume chauffant finalement le tissu et la zone de son épiderme touchée. À ses yeux il n'y avait concrètement rien de bien incroyable, mais encore une fois il n'était pas particulièrement doué pour saisir les moindres pensées de la gente féminine, et saisir le sens cachée de ces gestes et de ces expressions dont elles étaient victimes selon les situations. Sa main effleura celle de Kitty, quand elle retira la sienne avec rapidité, et il arqua les sourcils d'un air étonné en entendant sa réflexion. Whizz était si détaché du monde que c'était donc ainsi qu'on le voyait; ignorant tout et tous. Sans doute qu'il y avait un fond de vérité là-dedans, mais cela ne l'empêcha pas d'afficher un air faussement offusqué; il n´avait peut être jamais à-proprement traîné avec elle mais cela ne signifiait pas forcément qu'il l'ignorait.. Disons seulement qu'il avait un temps de réaction assez long. Souriant à moitié il choisit la voie de la détente et roula légèrement des yeux. "J'sais bien que j'suis pas l'type le plus sociable du coin, mais j'arrive quand même à reconnaître les gens que je croise depuis des années, et retenir leur prénom..." Agrémentant le tout d'un clin d'oeil, il s'autorisa un nouveau coup d'oeil vers la piste, repérant ses copains toujours occupés à faire les idiots, et son regard finit par suivre les filles que lui pointait la jolie blonde. Nul doute qu'elles n'allaient pas tarder à se faire alpaguer par les garçons avec qui Whizz était entré, ces-derniers démontrant un intérêt constant pour les demoiselles éméchées qu'ils prenaient plaisir à ennuyer pour les regarder tourner en bourrique. Chacun ses divertissements mais après tout il fallait de tout pour faire un monde.

Et à cet instant c'était de Kitty dont il paraissait avoir besoin, bien que cela n'était au final qu'une simple excuse pour un peu de compagnie, sans savoir réellement s'il se montrait simplement poli ou s'il désirait réellement partager un peu de son temps. Il n'avait jamais été très doué pour les démonstrations en tout genre et malheureusement ce n'était pas maintenant que cela allait changer, pourtant ce soir il semblait vraiment faire des efforts et Whizz je manquerait sans doute pas de faire remarquer cela à Sky en rentrant, juste pour se faire un peu mousser. Si Kitty fixa sa camarade plus qu'elle n'aurait du, il ne s'en rendit pas compte, déjà occupé à s'approcher de la table, se tournant seulement vers la jeune fille pour la dévisager avant de rétorquer d'un ton plat, d'où perça une certaine légèreté. "Pas sûr, c'est que j'ai un peu perdu au niveau de la vue," et il tapota son oeil gauche, caché sous son masque, souriant. Fait incroyable, c'était la première fois depuis son passage à tabac qu'il s'autorisait un brin d'humour sur sa propre situation et certainement qu'il en aurait été fier, y voyant là un pas en avant vers la guérison, mais ce fut le contraire; dès que les paroles franchirent ses lèvres il sentit comme un malaise en lui. C'était Sky le plus fort au niveau de l'auto-dérision, celui capable de se vanner tout seul, sans l'aide de personne, pas Lawrence. Et pourtant.
Ses songes s'échappèrent vers un lieu inconnu et il baissa la tête vers Kitty, souriant sans savoir quoi lui répondre, se contentant d'acquiescer pour répondre par l'affirmative avant de jeter un regard perplexe à la table. Il était plus habitué au saloon ou aux soirées entre potes, parce qu'en général il n'y avait qu'une sorte de boisson - de la bière - qu'on proposait et il n'avait qu'à se servir sans s'intéresser plus que ça à ce qu'on lui mettait sous le nez. Là il se sentait presque comme un type perdu au rayon hygiène à la recherche de la marque de tampons favoris de ses filles. Une bouteille attira son attention; bière des kelsey trônait sur la table et il grimaça bien que, curieux, il en attrapa une pour regarder de plus près avant de la reposer. "Tu bois quoi toi ? Il se pencha pour observer la couleur du liquide dans le verre de sa camarade et afficha une moue curieuse. Ça à l'air bon ton truc, je peux goûter avant de m'en servir un? Promis j'ai pas la crève et j'suis à jour dans mes vaccins." Il y avait clairement quelque chose d'étrange chez Whizz ce soir pour qu'il soit si bavard, et pourtant il n'avait pas fumé son éternel joint avant de venir. Sans doute qu'il était seulement d'excellente humeur.. Ou bien.. Allez savoir.

Se souvenant des conseils de son meilleur ami sur les échanges verbaux entre individus dans le but d'un rapprochement social, il s'était lancé dans un sujet dont, au final, il ne comprenait ni les intérêts ni les enjeux. À ses yeux les mariages arrangés n'avaient de but que celui de créer un retournement de situation.. Dans les bouquins qu'il lisait. À leur époque cela lui semblait complètement dépassé qu'on puisse encore pratiquer cette coutume, bien qu'il se doutait fortement qu'ici cela servait plutôt les intérêts de certains; d'ailleurs il y avait peu de temps Whizz avait surpris son oncle discuter avec un homme pour marier l'une de ses filles, et ce à un membre du clan Fenley afin que ses terres ne se perdent jamais entre les mains de ces abrutis de Kelsey ou, pire encore, d'étrangers. Décidément la mentalité du coin lui passait au-dessus de la tête et on comprenait mieux pourquoi Lawrence était si peu fan des regroupements en tout genre. Pourtant cette fois, il semblait réellement attentif à ce que Kitty allait pouvoir lui répondre, sans s'expliquer vraiment le pourquoi du comment. "C'est surtout qu'à ton âge tu devrais profiter de ta vie, faire des expériences.. Quoique mon père dirait surement que l'un n'empêche pas l'autre.. Continuant sur un ton plus apusé, il sourit. M'enfin pour ce que j'y connais moi." Il finit par reconnaître une bouteille, pour l'avoir surement déjà vu chez ses copains, et donc bu, et l'attrapa avant de légèrement tourner la tête vers Kitty. Parler autant ne lui était pas habituel mais s'entendre confier des choses ne l'était pas plus et en la dévisageant, Whizz sembla lui montrer clairement qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il devait dire ou faire de ces quelques aveux jetés en l'air. Il gérait déjà très mal ses propres relations, il ne se sentait pas, et n'en avait pas envie de toute manière, de se mêler de celle de la jeune fille surtout si cela devait mener à un conflit entre elle et son entourage. "Ah.. Le coeur à ses raisons que la raison ignore, non?" Et jamais il n'avait semblé aussi d'accord avec un proverbe.
Planté là, il sembla soudainement interdit; s'approchant de la table, dans le dos de Kitty, deux membres de la ferme Kelsey venaient choisir leur boisson et l'un des deux semblait particulièrement familier à Whizz.
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

— Say something I'm giving up on you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Katherine L. Miller
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 207
◊ moving in to Buffalo : 23/08/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Dim 14 Sep - 13:13

Get Lucky !
ft. Whizz & Stalker.

Le frisson qu'elle avait ressentit lorsqu'il avait frôlé sa main, l'avait rendu nerveuse, affreusement nerveuse qu'elle en avait les mains moites, comme Pacey lorsqu'il lui avait tenu la main à l'animalerie. Elle sourit et pour cacher son trouble, elle se précipita sur son verre mais n'en bu qu'une gorgée, histoire de rester raisonnable.

Katherine s'esclaffa en sentant l'auto-dérision dans sa voix et l'ironie naitre dans le regard de l'homme qui lui faisait face. Il la faisait rire et son cœur n'avait fait qu'un bond dans sa poitrine, elle se sentait nouvelle face à lui et dans un sens, elle avait terriblement envie qu'il la prenne dans ses bras, l'enlace tendrement pour lui voler un baiser mais de l'autre, il y avait Pacey qui restait bien présent dans sa tête. Elle avait l'impression de se perdre entre l'amour qu'elle portait à Whizz et l'amour que lui portait Pacey. Elle ne savait plus où elle en était et pour éviter de briser ce rêve qu'elle était entrain de vivre, elle préférait mettre de côté la promesse qu'elle avait faite à Pacey, quelques jours auparavant. En revanche, elle remarqua le changement d'attitude de Lawrence et comprit que cela l'avait plus blessé qu'autre chose : « Excuse-moi, je n'aurai pas du rire mais c'était plus fort que moi. Ce cache-oeil te va à merveille... » Perdre un œil devait être sacrément difficile pour quelqu'un et Kitty aurait tellement voulu être là à ce moment là mais qu'aurait-elle pu faire, au juste ? Elle n'aurait jamais pu s'interposer entre les agresseurs de Whizz et lui-même, elle ne faisait pas le poids. « Je suis sincère.. » déclara t-elle en prenant une gorgée du punch quelque s'était servie avant cela sans s'empêcher de plonger ses yeux dans le sien, mémorisant son visage et ce qu'il y avait autour. Elle savait que cette soirée était exceptionnelle et elle ne voulait rien louper quitte à manquer le départ précipitée de sa plus grande amie. Néanmoins, dans un coin de l'oeil, Katherine l'avait vu la pointer du doigt à sa nouvelle petite copine, l'air exaspérée. Elle savait tout des sentiments qu'elle avait pour Whizz mais qui restaient depuis trop longtemps à sens unique. Carolane avait toujours espéré que Kitty passe un jour à autre chose mais en vain, la jeune femme aimait cet homme comme ne pourrait jamais aimer quelqu'un comme Whizz. C'était l'homme qu'elle désirait le plus au monde, qui lui faisait croire à un avenir.


Soudainement, elle le vit se pencher sur son verre. Elle avait du manquer un épisode durant ses songes car elle l'entendit lui demander si il pouvait gouter ce qu'elle avait choisi. Nom d'un chien, elle se mettait à penser alors qu'il lui parlait, qu'elle l'avait en face d'elle et qu'il s'intéressait à elle. Bon sang, ressaisi toi !! maugréa t-elle intérieurement mais ce n'était que peine perdue. Elle perdait tout sens de gravité lorsqu'elle était assez proche pour sentir son odeur qu'elle aimait tant. Elle savait que si elle s'approchait encore un peu plus, intimement, son odeur la ferait perdre pied, enivrée et en pleine ivresse de ce dernier. Il n'était pas reconnu pour être quelqu'un qui s'extasiait sur les choses mais elle s'en fichait. Alors pour s'intéresser à ce qu'elle avait choisi pour se désaltérer, c'était un comble pour elle et dans un sens pour lui, aussi. « Je t'en prie, c'est du punch. » Elle le lui tendit et le vu boire dans le même verre qu'elle avait depuis le début de la soirée. Elle rougissait à vue d'oeil et tourna la tête pour cacher son trouble puis tomba sur les regards inquisiteurs des commères. Elle serra les poings mais resta aux côté de Whizz, après tout, ils ne faisaient rien de mal en dehors de discuter tout les deux, à une soirée. En revanche, elle savait ce que tout le monde savait, Whizz parlait peu, voir pas du tout. Cette soirée allait faire le tour de Buffalo, elle en était pratiquement certaine : « Whizz a parlé à Stalker. Blblabla.. » Heureusement que Twitter ou Facebook ne faisaintt pas partie des mœurs à Buffalo sinon, le monde entier aurait été au courant qu'ils avaient partagé un vers de punch ensemble. « Alors, ça te plait ? » demanda t-elle finalement en prenant un verre vide : « Ils ont réussi à le rendre buvable, n'est-ce pas ? Je t'en sers un verre où préfères-tu garder le mien ? » dit-elle taquine, préférant jouer l'indifférente plutôt que de montrer à quel point les commères de Buffalo commençaient vraiment à lui taper sur les nerfs. Résolue à profiter de ce moment, le plus intime qu'elle n'avait jamais eu avec lui, elle reporta son regard sur lui, avec son plus beau sourire.

Son age, un sujet de discorde entre son père et la jeune femme. Pour lui, elle aurait déjà du porter son héritier depuis bien longtemps mais elle préféra garder cela pour elle. Whizz n'avait pas tort alors elle ne s'empêcha pas d'ajouter : « Oulah, avec mon père, j'ai toujours l'impression que ma vie est une course contre la montre. A croire que demain n'arrivera jamais et que je devais, dans la plus grande hâte, lui donner un héritier alors que mon frère en est totalement capable sauf qu'il... » Elle s'arrêta net sur la fin de sa phrase. Son père l'avait presque renié pour avoir foutu en l'air les idées politiques de la famille depuis plusieurs générations et Whizz en faisait parti : « ...sauf qu'il ne vit plus par ici du coup.. Il n'a que moi pour... avoir toujours l’impression de contrôler la vie de quelqu'un d'autre.. Le livre arbitre dans ma famille n'est pas quelque chose de courant et je refuse de vivre comme ma mère, en retrait, tu vois ce que je veux dire? Je veux simplement avoir mon mot à dire quant à mon futur... »

Kitty soupira à l'aveu qu'il venait de faire dans un proverbe qu'elle n'osait pas concilier à sa vie depuis la mort d'Aïdan. Elle se sentait coupable et n'en démordait pas : « Tu sais, ce n'est pas si simple. Un proverbe de ne peut pas forcément régler un... » Elle s’interrompit lorsqu'elle sentit quelqu'un lui heurter le dos alors qu'elle ne faisait que suivre Whizz dans le fil de la conversation. Elle se retourna et tout d'un coups, elle reconnu la famille Kelsey, des purs sang comme disait son père, ouvertement ou pas. Elle fit quelques pas vers lui en gardant une bonne distance entre ceux qu'on lui avait apprit à détester sans même les connaitre. Kitty reconnaissait ceux qu'elle détestait au plus haut point car ils faisaient partis des pires et des plus dangereux. Elle ne pouvait pas expliquer pourquoi mais son système d'alarme venait de se déclencher. Elle ne pouvait pas voir le regard de Whizz car elle lui tournait le dos mais elle pouvait sentir quant à son attitude qu'il allait se passer quelque chose. Même si elle ne l'avait pas autant approcher que maintenant, elle le connaissait et reconnaissait lorsqu'il allait vraiment mal. Des petits signes qui ne trompaient pas et qu'elle ne loupait jamais. Elle s'approcha encore un peu plus, deux contre un... Elle se mordit la lèvre inférieur et le mur de béton qu'était le corps de Whizz l'avait surprit. Elle redressa la tête vers l'homme et son regard s'était braqué sur les deux Kelsey. Aussitôt, Katherine regarda autour d'elle et remarqua que les potes de galère de Whizz étaient bien trop occupée à courtiser qu'à se préoccuper de leur ami. Résolue à se rendre utile si il y avait besoin, elle restait entre les deux, son verre à la main alors que, dans son dos, elle sentit la main de Whizz serrait un peu trop fort la bouteille qu'il avait finalement choisi de se servir. 

© BANGERZ


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


+ Come As You Are
Tu me dis que c'est la fin ? Moi je pense plutôt que c'était le début de tout. C'est en m'apercevant de cela que je me suis décidé à te récupérer, quelque soit la façon de le faire. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

L. 'Whizz' Fenley
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Admin

◊ fields harvested : 554
◊ moving in to Buffalo : 29/07/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Jeu 18 Sep - 16:29

Kitty & Whizz

Un rire. Il fallut cet court éclat pour qu'il ne réalise ce qu'il n'avait jamais, jusqu'ici, voulu voir; Katherine était une autre, ou plutôt elle était devenue ce petit bout de femme qu'il s'était contenté de ne voir que parce qu'il y était forcé quand elle trainait dans les pattes de sa cousine et de Roxanne. Elle rit, juste ça. Quelque chose de simple, léger, sincère qui lui fendit le coeur. Incroyable tout ce qu'on pouvait apprendre d'une personne par un acte si impulsif, si peu réfléchi et qui, s'il sembla donner la sensation à Kitty qu'il était hors propos, toucha Whizz plus qu'il n'aurait du. Elle n'avait pas rit à sa réflexion par pitié ou parce que cela lui semblait la seule réponse à donner, mais parce qu'il y avait surement eu quelque chose dans le ton de sa voix qui poussait à cette réaction et il en fut satisfait avant de finalement ravaler son sourire naissant sur ses traits plus légers, réalisant qu'elle avait du se méprendre sur son propre acte pour s'excuser quasi immédiatement. Neutralité à nouveau plaquée sur son visage, il pencha quelque peu la tête sur le côté pour l'observer d'un air qu'il n'aurait su lui-même interpréter, avant de prendre une courte inspiration et de secouer la tête. "Non. Ne t'excuses pas, jamais, d'être aussi spontanée. Ses lèvres se fendirent de ce sui semblait être un sourire tendre. Puis ça me rassure, j'ai encore assez d'humour et, surtout, d'auto-dérision pour faire rire. J'suis pas totalement un gros con dépressif, c'est bon signe non?" Question rhétorique, du moins ce fut ce qu'il transparut à la manière dont il l'énonça. Face à ça sincérité Whizz n'eut aucun mal à la croire et, atteint de mimétisme, il se mordit légèrement l'intérieur de la joue en soufflant à son tour, "moi aussi je le suis." Et s'il était borgne, cela ne l'empêcha pas de suivre discrétement, de l'oeil valide, le regard de Kitty pour remarquer les deux filles qu'elle semblait surveiller depuis quelques minutes, réalisant que l'une des deux la désignait du doigt d'un air qu'il n'aurait su expliquer.. Ou du moins pas forcément de la manière dont il aurait voulu. À ses yeux il paraissait que les copines de kitty n'appréciaient sans doute pas de la voir à ses côtés, sans trop comprendre ce qu'on aurait pu lui reprocher ou, plutôt, assez doué pour fermer les yeux sur tout ce qu'on pouvait bien avoir contre lui dans sa manière de traiter la fille Miller. Parce qu'il avait beau penser que ses copains exagéraient ou se poquaient de lui, mais il devait admettre que s'ils avaient raison il y avait quelque chose de fortement flatteur dans le fait qu'une jeune fille soit éprise de lui. Il ignorait beaucoup de choses sur ces sujets, les sentiments lui étant d'un ordre encore plus confus depuis Trish, et avait donc un peu de mal à comprendre ce que pouvait bien lui trouvait cette fille. Et s'il n'avait jamais réagit c'était simplement parce qu'il n'avait pas les épaules pour endosser le rôle du bourreau des coeurs, ou du salopard broyant les espoirs d'une délicieuse jeune fille en lui faisant miroiter une idylle dans le simple but de flatter son égo. La carte de l'ignorance, dans ce cas bien précis, était donc la meilleure solution du moins c'était ce qu'il lui semblait, mais étant donné qu'il avait la capacité émotionnelle d'une fourchette en plastique rien n'était moins sûr.

Aussi il ne se rendit pas forcément compte que son attitude étrangement décontractée et sociable pouvait porter à confusion. Curieux comme tout il saisit le verre qu'elle lui tendait pour tremper simplement ses lèvres avant de lui rendre sa boisson et passer le bout de sa langue sur le liquide humidifiant ses commissures et il leva les yeux au plafond en réfléchissant, dégustant l'arrière goût avant de finalement faire une moue d'appréciation. Son regard se posa sur une tête inconnue, penchée vers celle de sa voisine, pour chuchoter quelque chose qui lui parvint et il se contenta de les dévisager jusqu'à ce qu'elles s'éloignent, gênées sans doute d'être le centre de son attention à lui. C'était absurde pour Whizz d'être plus célèbre que les fils d'Alphonse, surtout qu'à ses yeux son cousin Eric méritait sans doute bien plus les regards; en plus d´être charmant il était décidé à renier le patrimoine familiale pour on ne savait quelles raisons. Ce qui expliquait les récentes tensions au sein de la ferme, surtout de la famille et le besoin irrépressible d'Alphonse d'avoir ses neveux sur le navire, le poussant à donner un emploi à Whizz, acceptant quelques conditions, et à tenter de ramener Levi sur le bateau par des moyens qui échappaient encore à Lawrence qui, même s'il avait surpris une discussion étrange, ne s'attendait surement pas à ce que les vieux préparaient. Ramené au présent par la voix de Kitty, Whizz baissa l'oeil vers elle et sourit. "Pas mauvais mais je te le laisse, je voudrais pas que tu te déshydrate par ma faute. Je pense que je vais retourner vers une valeur sûre.." Et se faisant il attrapa une bouteille de bière, alcoolisée cette fois, qu'il décapsula avant d'avaler une gorgée pour finalement poser un regard sur le verre de la jeune fille et trinquer.

"Je vois exactement ce que tu veux dire", l'ayant écouté sans jamais l'interrompre il vissa sur elle un regard bleu électrique; sans doute réalisait il qu'ils avaient plus de points communs qu'il ne l'aurait cru. Grandir dans une famille portant le nom Fenley n'était pas simple et s'il arrivait à supporter le poids de son héritage, quand bien même le sien était plus léger, il était bien conscient que ce manque de liberté - puisque les décisions passaient encore par les plus vieux - pouvait étouffer. C'était ce qui avait poussé Landon à quitter Buffalo pour rejoindre l'armée même si aux yeux de Whizz cela revenait à quitter une prison pour une autre, sans doute que tout ce que son frère voulait c'était le frisson de savoir qu'une vie pouvait dépendre de ses choix.. Il ne l'avait jamais vraiment compris de toute façon alors il n'allait pas tester maintenant. "Des fois j'ai la sensation qu'on est pas à la même époque que le reste du monde.. Avec ces conneries de mariage arrangé et d'honneur de la famille plus important que le reste.." La réflexion lui avait glissé des lèvres sans qu'il ne prenne garde, le regard déjà attiré par les deux Kelsey qui approchaient. L'un d'eux bousculant légèrement Kitty, Whizz eu le réflexe de la prendre par l'épaule pour la rapprocher de lui, au moment même où elle reculait d'elle-même pour s'éloigner des deux intrus. Le plus grand des deux Kelsey croisa le regard de Fenley et un sourire narquois passa sur ses lèvres, arrachant un frisson de colère à Lawrence qui dégagea sa main de l'épaule de Kitty pour éviter de refermer son poing sur sa peau et la blesser.
Il les avait reconnu. Comment les oublier, il leur devait ce bandeau qui cachait son oeil invalide. Malgré tout Lawrence s'obligea au calme, refusant de se laisser entrainer dans leur jeu puéril, celui d'essayer de le pousser à bout et se penchant vers l'oreille de la jeune fille, Whizz chercha une échapatoire. "On danse?" Rare proposition avec lui, mais il déposait déjà sa bière sur la table et sans doute qu'il aurait amener la jolie blonde sur la piste si la voix d'un des deux types ne l'avait interpellé, "attention aux angles morts", moqua-t-il, stoppant whizz dans ses mouvements et, le poing serré, il chercha dans ses réserves mentales de quoi se forcer à rester calme..
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

— Say something I'm giving up on you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Katherine L. Miller
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 207
◊ moving in to Buffalo : 23/08/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Ven 19 Sep - 0:30

Get Lucky !
ft. Whizz & Stalker.

Katherine écoutait Whizz avec attention.
Du plus loin qu'elle se souvenait, il ne s'était jamais autant confié ou en tout cas, devant elle. Avec une attitude des plus décontractée, elle ne l’interrompit pas dans l'espoir que chaque minute soit ancré dans sa mémoire. Elle buvait littéralement ses paroles en prenant des petites lampées dans le même verre où Whizz lui en avait prit une. Il avait aimé mais surement d'une humeur viril, il avait préféré une bonne bière, comme à l'accoutumée. Profondément touchée qu'il se montrait moins distant avec qu'elle que d'ordinaire, elle ne voulait pas lui montrer une gamine effarouchée, vivant toujours au pays des princes et des princesses avec des ...et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfant. Fin. »

Elle prit une profonde inspiration, posa une main sur la table tout en validant ce qu'il disait. C'était la première fois qu'elle pensait exactement la même chose qu'une autre personne et en la personne de Whizz, c'était inédit. Elle ne s'attendait pas du tout à ce qu'il la scrute de cette manière, à ce qu'il ne lâche pas du regard de cette façon. Elle s'humectait les lèvres en prenant une profonde inspiration, cette nouveauté la chamboulait, d'une manière des plus agréable. Elle l'aimait. Elle ne le connaissait pas comme elle aurait aimé le connaître mais elle l'aimait. Qui l'ignorait ? Lui, peut-être. Elle n'en savait rien, il était si secret, il était tellement comme elle. Elle ne pouvait pas provoquer un arrêt brutal de ses sentiments qui vivaient en elle depuis longtemps, trop longtemps.

Elle pensait à Roxanne, elle pensait à Dell et au calvaire qu'elles vivaient chacune de leur côté sans vraiment savoir pour l'une ou pour l'autre. Elle n'avait pas besoin d'aller bien loin pour apprendre les problèmes de la vie, les vices cachés des êtres humains, les besoins plus ou moins prononcés que certains ou même ceux qui ne demandaient rien et qui leur arrivaient des événements tragiques et elle était bien placée pour le savoir. Depuis la mort d'Aïdan, elle n'arrivait plus à être réellement heureuse. Il lui manquait quelque chose qu'elle pensait toujours que Whizz pouvait combler un jour... Mais qui était-elle pour juger une chose pareil alors qu'elle ne le connaissait pas ? Elle était là, face à lui, il se tenait tout près d'elle, il lui avait donné son bras comme un soutien sûr, il avait bu dans son verre et maintenant, il se confiait à elle. Même si pour lui ce n'était que des mots, formant des phrases pour révéler quelque chose, Katherine était assez douée pour lire entre les lignes et elle espérait vraiment se tromper. C'était un peu chercher un prince charmant chez les Buffles mais, c'était ce qu'elle attendait et peut-être que c'était un peu trop demander. En revanche, elle se sentait bien avec Whizz, ces mains, son odeur, son regard bleu électrique qu'il savait si bien braquer dans les siens. Elle s'humectait les lèvres tandis qu'il s'était choisi sa boisson.

Katherine cherchait quelqu'un avec laquelle elle pourrait partager tout ça, dans une confiance évidente mais aussi partager une intimité passionnelle, ouverte et sensuelle. De petites lueurs vivaces vibraient dans son regard à chaque fois qu'elle réagissait. Elle avait ri, il avait trouvé cela intéressant, il lui avait même dit qu'il aimait la voir aussi spontanée car son rire l'était. En revanche, elle avait vu cet éclat disparaître lorsqu'elle s'était excusée. Dans cette histoire, il ne pouvait pas lui en vouloir à ce sujet, c'était lui qui plantait son regard dans le sien. Où elle n'avait pas l'habitude d'y être, elle n'avait pas l'habitude de franchir cette partie de son âme...

Les Kelsey avait débarqué comme un déclencheur d'un rêve qui se transformait en cauchemar. Elle craignait le pire surtout lorsqu'elle sentit que l'un l'avait bousculé et qu'elle s'était retournée pour aller à la charge. Seulement, Whizz la serra fortement contre lui en lui demandant d'aller sur la piste, et d'aller danser. Elle quitta les deux bonhommes du regard, un électrochoc la foudroya et un frisson l'avait parcouru de son oreille jusqu'à l'échine de sa colonne vertébrale. Elle n'avait envie que de lui dire oui, que de lui donner sa main, volontairement et de partager un moment des plus intimes qu'il lui proposait. Seulement, lorsqu'elle croisa son regard, il était devenu froid et distant comme si un mauvais souvenir avait ressurgit de nul part et lorsqu'elle entendit : «  attention aux angles morts[color=#000000] », elle serra les dents. Whizz semblait vouloir l'entrainer, presque à contre cœur sur la piste, histoire de mettre le plus d'espace entre lui et ses Kelsey. A croire qu'il ne la connaissait pas vraiment, c'était une véritable tête brûlée en ce qui concernait ses positions politiques et ce, depuis l'enfance. Ou alors, il la connaissait assez et le regard glacial qui leur jetait, semblait lui dire : non, pas avec eux... Ils sont dangereux... » Katherine se sentait prise en sandwich entre un jeu de regard meurtrier que se livrait les trois bonshommes et elle ne voulait être nulle part ailleurs. Elle sentait réellement que quelque chose allait clocher surtout dans la manière où Whizz serrait son poing à blanc alors que l'un deux le regardait avec un regard mauvais et celui qui lui avait parlé, lui souriait méchamment.

Elle cherchait en elle la force de ne pas répondre comme elle avait l'habitude de répondre. Whizz avait besoin d'elle et il était hors de question qu'elle ne le mette en danger gratuitement. « Allons plutôt prendre l'air... » Elle souffla : « Je crois que c'est l'alcool du punch. » Elle ne savait pas si ce genre de chose pouvait fonctionner sur lui, elle n'avait jamais été aussi proche pour le voir aussi dans cet état. Elle posa la paume de sa main sur son torse et l'autre sur sa joue, à l'opposer de son bandeau puis se mit sur la pointe des pieds pour briser le contact visuel des deux hommes. Lorsque son regard attrapait enfin le sien, elle sentit comme une chaire de poule l'assaillir dans son dos, Whizz semblait vraiment mal. « Hey, tu m'accompagnes, s'il te plait ? » demanda t-elle, souhaitant vraiment qu'il puisse voir là où elle voulait en venir.

© BANGERZ


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


+ Come As You Are
Tu me dis que c'est la fin ? Moi je pense plutôt que c'était le début de tout. C'est en m'apercevant de cela que je me suis décidé à te récupérer, quelque soit la façon de le faire. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

L. 'Whizz' Fenley
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


Admin

◊ fields harvested : 554
◊ moving in to Buffalo : 29/07/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Sam 20 Sep - 2:39

Kitty & Whizz

D'un regard il crut comprendre. Il lui sembla saisir ce que, pendant toutes ces années, on avait tenté de lui faire comprendre par des petites insinuations distillées par-ci, par-là, et qu'il s'était contenté d'écouter avec un sourire moqueur et un haussement d'épaules. Ça se cachait dans son attitude, au détour de ses lèvres dont les commissures tressautaient dès qu'il brisait le silence de son timbre de voix neutre, l'accent donnant aux intonations de ses phrases le charme à la campagnard comme le décrivait les citadines venues se perdre à Buffalo pour se ressourcer. C'était tapis aux coins de ses yeux quand elle posait son regard sur lui, dès qu'il détournait le sien, pensant sans doute qu'il ne remarquait pas puisque de toute manière Whizz ne semblait jamais rien percevoir dans les attitudes des autres et pourtant.. Pourtant cette fois-ci cela ne lui échappa pas, parce qu'il savait, qu'il connaissait ce sentiment pour l'avoir déjà vécu. Ce besoin de reconnaissance de l'autre, de savoir qu'on était sinon remarqué au moins vu, qu'on avait de la substance. Le rythme cardiaque s'affolant à la première tentative d'approche, le souffle court à l'effleurement des peaux, la gorge sèche contrastant avec cette sale sensation de n'être plus que de l'eau prêt à se répandre au moindre choc contre l'autre, contre ces sentiments décuplant les sens, les sensations. Il connaissait. Et depuis qu'il avait été capable de sentir ces choses qui jusqu'ici lui avait semblé si distantes et improbables, sans réel sens ou logique, il pouvait clairement saisir que c'était surement ce que vivait Katherine et, comble eu comble, il paraissait en être la source. Avoir aimé comme il avait aimé pendant ces vacances l'an dernier, lui avait ouvert les yeux et rendu plus sensible aux émotions qu'il ne l'avait été d'ordinaire et s'il afficha un tendre sourire, sincère, en comprenant enfin, il ne put s'empêcher de fermer les paupières quand une douleur fine et insidieuse se glissa dans sa poitrine; culpabilité. Whizz n'eut aucun mal à reconnaitre que le malaise qui le prenait aux tripes à cet instant, en découvrant avec violence presque, que ce qu'on lui avait rapporté sur les sentiments de Kitty à son égard était fondé. Réfléchissant quelques secondes, il chercha à se souvenir si par le passé il avait pu faire ou dire quelque chose pour déclencher cette affection à son égard, parce qu'à ses yeux il semblait inconcevable qu'une personne puisse l'aimer alors qu'il se comportait comme le type le plus insensible du monde, celui que rien ne touchait et qui en plus le vivait bien.
Il ne méritait certainement pas qu'une fille de l'acabit de celle qu'il avait sous les yeux à cet instant perde son temps à s'enticher d'un type comme lui qui passait plus de temps à maugréer et s'enfermer dans une solitude salutaire, alors qu'elle débordait d'une vie et d'un enthousiasme qu'il aurait sans doute pu lui envier s'il ne s'était pas autant habitué à sa monotonie et sa presque léthargie. Rouvrant les yeux, Whizz parvint à nouveau à se convaincre qu'il devait faire fausse route, qu'il n'avait fait que projeter sur Kitty tout ce qu'il avait pu ressentir et que, sans en être consciente, elle lui obligeait à se rappeler par son attitude; il ne sembla le remarquer que maintenant mais il y avait quelque chose dans son attitude qui le poussait à revoir un brin de Trish et il s'en voulut à nouveau parce que ce n'était pas lui, il n'était pas ce genre de type qui se perdait au confins d'une pensée ancienne qui n'avait plus de valeur à ses yeux parce que pour Whizz, ce qui était passé .. Était du passé, justement. Il jeta ses tourments dans un coin de son crâne, se félicitant d'être capable de compartimenter aussi bien et il se recentra sur Kitty, souriant à nouveau en portant sa bière à ses lèvres réalisant ce qui la différenciait de manière drastique des souvenirs qu'il avait de son ex; il n'avait pas besoin d'essayer. Whizz n'avait pas besoin d'essayer avec force d'être, de cacher aussi ce qui lui paraissait comme un poids, il était simplement.

Et en discutant avec elle, Whizz se heurta à ce qu'il n'avait jamais imaginé; ils se ressemblaient sur bien plus de point qu'il n'aurait osé croire. Malheureusement il n'eut pas l'opportunité ni de le faire remarquer ni de s'y attarder qu'une ombre venait assombrir le tableau, un nuage épais cachant une épée de Damoclès s'apprêtant à s'abattre sur lui dès qu'il détailla les deux jeunes hommes de son oeil valide. Il y avait une chose que Lawrence supportait moins que le besoin irrépressible des autres de se mêler de tout, c'était de ressentir cette forte impuissance qui paralysait ses membres. Rien à voir avec un besoin de se montrer viril, Whizz n'avait jamais souhaité ressembler à ces types qui donnaient tout pour se fabriquer une silhouette de rêve, poussant le vice à agir comme le dernier des machiste, mais pour n'importe qui ce sentiment d'insécurité pouvait mettre aussi mal à l'aise.
Le jour même où les trois pros Kelsey l'avaient battu il n'avait rien senti, émotionnellement parlant, aidé sans doute par le joint qu'il avait fumé. C'était une fois de retour chez lui qu'il avait commencé à être pris d'insomnies et de frayeur nocturne, à tel point qu'il n'était pas retourné dans le petit bois depuis, trop craintif de faire face à sa propre personne mise à nue, fragile. C'était sans doute ce qui l'avait poussé à proposer à Sky de cohabiter avec lui dans une baraque sur le terrain, loin de l'envie maladive de ses parents de le couver, ce qui ne l'aidait en rien mais surtout parce que le Elliott avait cette aura qui aurait apaiser le plus tourmenté des ours. Whizz ne l'aurait sans doute pas admis devant tout le monde mais si Sky n'avait pas accepté de venir partager un toit avec lui, il n'aurait surement jamais été capable de se remettre, de reprendre la route de la confiance, de s'en sortir. Pais ce soir Sky n'était pas là et Whizz réalisa à quel point il était sensible, surtout quand il voulut entrainer Kitty au loin, plus pour ne pas se sentir seul face à sa peur incontrôlée que pour le laisser face à eux.
Si tourmenté qu'il était, il n'entendit pas réellement ce qu'elle venait de lui dire mais il dut s'arrêter et avant de comprendre, le visage de la jeune fille apparaissait devant ses yeux, cachant à sa vue les silhouettes des deux brutes encore fier de leur petite pique.

Instinctivement un de ses mains se posa sur celle que Kitty avait laissé trainer sur son torse et il plongea son regard bleu dans le sien, un brin perplexe. Le temps lui parut sur pause, se contentant de la fixer d'un air étrange, incapable de ciller ou de se mouvoir, puis il sembla revenir à lui et réalisant ce qu'il se passait, surtout que la distance était fortement réduite entre leur visage, il eut le réflexe de se reculer de quelques centimètres, relâchant la main de Kitty. "Oui, bien sûr", fut il seulement capable de rétorquer, s'apprêtant à la suivre sans pour autant être capable de réfréner cette petite voix dans son crâne. "Attends", ne perdant pas le nord, il retourna à la table pour récupérer sa bouteille et le verre de Kitty, un regard vers les deux hommes encore présents se promettant que les choses ne s'arrêteraient pas là.. Mais ses amis passaient un trop bon temps pour que Whizz le leur bousille en s'emportant aussi bêtement. Revenant auprès de la jeune fille, il lui fit signe de passer devant, glissant son poing - à défaut de sa main puisqu'il tenait les boissons - dans le dos de la jolie blonde pour lui faire comprendre qu'il la suivait.
code par kusumitagraph'

ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ

— Say something I'm giving up on you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Katherine L. Miller
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!


membre

◊ fields harvested : 207
◊ moving in to Buffalo : 23/08/2014


MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky Ven 3 Oct - 12:57

Get Lucky !
ft. Whizz & Stalker.
Elle prit une profonde respiration lorsqu'elle rentra enfin en contact avec l'air frais de l'extérieur. Elle fut heureuse que le garçon fut enclin à lâcher prise plutôt que de faire une esclandre durant la soirée. C'était difficile pour Katherine qui avait plus l'habitude de rentrer dans le lard plutôt que de fuir les problèmes, surtout concernant les Kelsey. Elle n'avait qu'une seule envie, de retourner à l'intérieur et de le faire bouffer leur cravate de focus mais le moment qu'elle partageait avec Whizz était trop important pour elle. Il ne semblait être sur la retenue et voulait profiter de ce moment privilégier. Il y avait quand même beaucoup de chose à se dire sur la jeune Kitty qui se faisait prendre pour la petite dernière qui suivait le groupe. Elle avait aussi une mémoire à faire flancher les plus grands historiens, une intuition que personne ne pouvait remettre en question en revanche, elle n'avait rien pouvant la rassurer auprès de l'homme qu'elle avait toujours aimé. C'était une situation difficile pour elle car elle ne savait pas comment le prendre et pourtant, elle espérait que cette soirée changerait leur relation platonique en quelque chose de plus... rapprochée, peut-être. L'histoire qu'elle avait eu avec Pacey, aussi courte fut-elle, elle s'était rendue compte qu'elle n'était plus capable d'avancer dans la vie si elle restait obnubiler sur l'homme qui lui faisait face.

Elle avait fait une promesse à Pacey, à savoir de dire la vérité à Whizz. Au fond, la jeune fille pensait dur comme faire qu'il le savait mais qu'il était trop bien élevé pour dire quoique ce soit. Cela étant dit, elle ne l'avait pratiquement jamais vu avec une fille depuis Trish. Oui, elle savait et il était compliquée de ne pas savoir ce genre de chose surtout si l'obsession l'encourageait à l'espionner dans divers situations. Elle s'était même rendue compte qu'elle avait vraiment poussé le vice un peu trop loin mais qu'elle ne voulait pas devenir comme ces pauvres filles, vivant avec ses chats et espionnant les moindres faits et gestes de l'homme qu'elle avait toujours aimé dans les bras d'une autre femme. Il fallait qu'elle agisse et vite. Elle voulait tout avouer bien que sa promesse avec Pacey ne tenait plus puisqu'ils n'étaient plus ensemble. Elle ignorait aussi si ils l'avaient vraiment été. Elle se tourna vers Whizz, un petit sourire aux lèvres comme à chaque fois qu'elle posait les yeux sur lui. C'était une vieille habitude dont elle ne se lassait jamais.

L'épisode des Kelsey l'avait drôlement perturbé. Whizz n'était pas quelqu'un de bagarreur ou alors elle avait manqué un épisode et dans ce cas, elle l'aimait encore plus. Elle prit une profonde respiration en prenant doucement son verre qu'il avait eu la délicatesse de prendre avant de sortir. Dans le geste, son petit doigt frôla l'index de ce dernier alors elle détourna le regard en prenant une rapide gorgée. Intriguée, elle s'enquit du liquide après qu'elle en avait avalé une gorgée. Elle était pourtant certaine d'avoir bu plus de la moitié de son verre. Alors soit, c'était un vrai gentleman et il lui en avait rempli son verre, soit il s'était trompé de verre soit, les deux. Ce qui était étrange, c'était qu'elle ne pensait jamais au pire avec lui. Elle avait beau ne pas le connaître dans l'intimité, elle n'avait pas peur de se retrouver seule, dans la nuit noir alors que ses parents n'étaient même pas au courant qu'elle était sortie. « Ça fait du bien un peu d'air frais.. C'était devenu presque... étouffant à l'intérieur... » déclara Kitty en continuant de marcher. Son bras libre faisait un mouvement de balancier qui lui arrivait de taper sur la sienne et c'était une proximité qu'elle adorait même si au fond, elle désirait aller plus loin.

Elle évitait bien évidemment de revenir sur ce qui s'était passé, profitant silencieusement de ce moment. Elle comptait même le nombre de fois où sa main le toucher même si c'était un geste innocent. « Alors, qu'est-ce que tu souhaites faire exactement ? » demanda t-elle en se retournant vers lui, marchant à l'envers, face à lui, elle voulait à tout prix lui changer les idées. Elle sentait bien que cette rencontre l'avait perturbé. « Qu'est-ce qui pourrait te défouler, en ce moment même ? »
© BANGERZ


ﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴﺴ


+ Come As You Are
Tu me dis que c'est la fin ? Moi je pense plutôt que c'était le début de tout. C'est en m'apercevant de cela que je me suis décidé à te récupérer, quelque soit la façon de le faire. © caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
is in Buffalo, Wyoming
have a nice stay with us!





MessageSujet: Re: [Kitty] get lucky

Revenir en haut Aller en bas
 

[Kitty] get lucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Far From Any Road :: Welcome to Buffalo :: Town center :: Salle des fêtes-
Sauter vers: